Ringo Starr en concert à Lyon: j’en étais !!!

Et, oh my God, comme c’était bien !!! Bon certes, dans la salle de concert aux 2/3 remplie (ou 1/3 vide diront les mauvaises langues) de l’Amphithéâtre 3000 de la Cité Internationale de Lyon, la moyenne d’âge devait graviter autour de 60 ans rien qu’en dimanches, et où que je regardasse (???) du haut de ma place de pauvre dans les gradins, il n’y avait que tignasses grisonnantes ou absentes. Mais en fait, comme sur la scène !!! C’est à la limite plus moi et les quelques gamins connaisseurs qui étions déplacés dans ce décor !

Putain, y’avait John Lennon au concert de Ringo !!!

(Monsieur, si vous vous reconnaissez, merci, simplement, d’exister. Si y’en avait plus des comme vous, je suis sure que la Terre irait mieux…)

Après une première partie assez lamentable qui ne devait avoir pour but avoué uniquement d’empêcher les vieux de s’endormir avant l’arrivée de Richard, le All Starr Band est enfin arrivé, Ringo avec lui, tout svelte, moulé dans son slim noir et dans un T-shirt skinny noir avec une étoile rouge devant (je veux le même…) !!! Rhâ lovely !!!

Richaaaaaaarrrrrd !!!

En ouverture, on a eu « It don’t come easy ». Excellent titre qui fait un très bon début, mais qui mériterait d’être rejoué à chaud pour prendre plus d’ampleur. A défaut de celle d’hier, je te mets la version du « Concert for Bengladesh ».

Bon, je vais pas tout détailler chanson par chanson, va voir la set-list sur yellow-sub.net. Je te causerai seulement de celles qui m’ont marquées, comme par exemple « Hang on Sloopy », le tube planétaire des McCoys, interprété brillamment par leur leader Rick Derringer. Comme ça envoyait du lourd !!! Tu peux pas t’empêcher de faire les choeurs avec ta voix de fausset, tout en secouant la tête comme Richard à la grande époque. Seulement, avec les cheveux courts comme moi (ou comme lui), ça le fait moins, mais on s’en fout ! Je te mets une vidéo équivalente à ce qu’on a eu hier.

Puis parmi les autres titres phares, il y a eu « Talking in your sleep » par Wally Palmar des Romantics, un tube bien 80’s avec des synthés pourris dégoulinants. Sérieux, mate la vidéo pour te marrer un bon coup !!! Rhô le kitsch !!! Rhô, les coupes de cheveux !!! Comme ça y’a fait du mal, ces années 80 de merde… N’empêche qu’en live, hier soir, dans l’ambiance, c’était sympa d’entendre cet OVNI débarqué du passé…

Comme autre sucrerie mélancolique kitschissime à l’architecture capillaire destructurée, on a eu droit à « Broken Wings » par Richard Page de Mr Mister. Comme à chaque fois que c’est un bassiste qui chante, c’est hyper technique, et là, quand tu mates de près Gregg Bissonette à la batterie, pour peu que tu aies seulement essayé d’en jouer un jour (pendant 5 ans en ce qui me concerne…), tu pleures.

Passons maintenant à Monseigneur l’Albinos Dégingandé, le Grand Echalas du Sax, le Monster du clavier portatif, j’ai nommé Edgar Winter, le frère de Johnny que je devrais aller voir en concert en novembre. Ce type est génial. Multi-instrumentiste (sax’, clavier, batterie à laquelle il nous a fait un putain de duo de dingue avec Bissonette avec des baguettes qui s’allument au bout -je veux les mêmes !!!), une voix blues rocailleuse qui sent le désert texan, une dégaine de Hell’s Angel, il nous a gratifié d’une version hallucinante de « Frankenstein », son tube nomebeurouane. Pour que tu te rendes compte de ce que tu as raté, voici une vidéo du concert du All Starr Band à Paris. On a eu droit à exactement la même chose hier soir, ça varie pas d’un iota !

And, at last but not at least, passons donc en revue ce que notre petit Richard Coeur de Lion (rien à voir avec la camembert) nous a fait.
Déjà, précisons que comme tout batteur qui se respecte, il est mieux assis. Car tout comme moi, il souffre du symptôme du batteur debout, à savoir que bien que très doué pour la rythmique, il est pas foutu de bouger son corps sur le tempo. Sur scène, on croirait une marionnette maniée par un manchot sourd à qui on aurait coupé les doigts. Mais quand il se met derrière la grosse caisse, alors là, ça assure. Avec Bissonette, ils étaient vraiment raccords. Ca faisait un gros son puissant qui faisait boum boum dans ton coeur (et oui, mixer Ringo Starr et le générique de « Boumbo petite automobile », c’est tout moi…)
Parmi tous les titres qu’il nous a interprétés (cf set list), j’ai trouvé que les meilleurs étaient « Back off Boogaloo » et « Boys ». A ce propos, quand il reprend un de ses morceaux des Beatles, la salle se réveille comme par enchantement. Y’a une magie dans ces titres qui est éternelle… On a bien sûr eu droit à « Yellow Submarine » (même les vieux se sont mis debout, dis donc !) et en conclusion, à « With a little help from my friends » couplée à « Give peace a chance » de feu son copain Lennin – non, Lennon, pardon…
Ringo a toujours un humour délicieux, surtout quand il charrie le public français en racontant que partout dans le monde, il entend hurler des « Ringo I love you » avec des voix aigües de midinettes, excepté en France où, depuis toujours, il entend la même chose mais braillé par des grosses voix mâles. Ahhh, l’exception culturelle française…
Bon, cela étant, il fait à peu près la même vanne aux Russes, cf la vidéo ci-dessous, avec une illustration criante du syndrôme du batteur debout, et un bon exemple de ce que peuvent donner deux batteurs jouant de concert…
Pour conclure (« Enfin… », vous entends-je soupirer…), je retiendrai de ce concert que Ringo est un être tout à fait charmant, un excellent batteur, mine de rien, un piètre danseur et un chanteur qui s’améliore; que les membres du All Starr Band sont des virtuoses accomplis et des chanteurs hors pairs; et que décidément, quand tu entends des trucs pareils, tu ne t’interroges plus sur le fait de ne pas pouvoir supporter les daubes françaises qu’on nous vante à la télé ou à la radio.
Le salut final, mais sans Ringo qui s’était déjà barré
(l’appel du Beaujolais ???)

Ben voilà, j’aurais vu le deuxième Beatles restant ! Et rien que ça, franchement, eh ben c’est déjà pas mal…
PS: envie de voir ce que vous avez raté ? Hop ! un lien vers deux vidéos sur yellow-sub.net

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s