Sunday, Brucie Sunday #3 : DVD « Thrill Hill Vault 76-78 » Darkness on the Edge of Town Sessions

Ce matin, alors que toute mère indigne normalement constituée se serait lamentée de ne pas pouvoir aller nager à la Mare Municipale (ma Mare perso étant envahie de nénuphars, ça va pas trop bien pour faire des longueurs) pour une fois que :

– elle avait pu larguer Crapouillette Ière chez Pépémémé,

– Monlolo l’ Ours Brun cuvait roupillait en paix,

– elle s’était levée tôt et en pleine bourre;

moi, ta Crapaude adorée, jubilais de voir la pluie tomber, me donnant ainsi l’occasion en ces circonstances sus-décrites, de pouvoir ENFIN me mater tranquillement le DVD « Thrill Hill Vault 1976-1978 » de mon petit Bruce adoré, tout droit issu du merveilleux coffret anniversaire « Darkness on the Edge of Town » acheté pour la modique somme de 149$ (quand on aime, on compte pas… ou plutôt on compte avant…) en provenance directe des Stètsses(*).

https://i2.wp.com/pan.fotovista.com/dev/4/9/08823494/l_08823494.jpg

 C’est-y pas beau ça, hein ?

Après avoir mis la galette enchantée dans le lecteur et m’être installée confortablement derrière ma table à repasser (rock’n’roll !!!), j’attendais fébrilement les premières images et notes de ces inédits de la période Darkness, une de mes préférées.

Et là, la magie a encore opéré.

A la vue de mon Bruce, torse nu, tout jeune, tout mince, drapé dans une espèce de pantalon de charpentier bouffant, une touffe d’épais cheveux bouclés couronnant sa petite tête divine, un sourire béat s’est spontanément formé sur mon faciès attendri. Puis quand ont retenti les premières notes de « Save my love », jouée dans ce « studio » (entre guillemets car on dirait plutôt ma chambre d’ado) de Holmdel, NJ, les poils de mes avant-bras (vouivoui, je suis une batracienne hybride) se sont dressés, j’ai chopé des frissons à m’en donner des vergetures, et l’enthousiasme et la joie m’ont submergée.

Ômaillegode(*)!!!

Mais qu’est ce que c’est bon !!!

Et me voilà en deux temps trois mouvements en train de sautiller gaiement derrière les bleus de travail pas près d’être repassés de Monlolo.

Cela dit, mon bonheur suprême fut de courte durée, car à peine le morceau suivant (à savoir « Candy’s Boy ») entamé, résonna le pas lourd et vacillant de Monlolo l’Ours Brun en pyjama descendant l’escalier (tu sais, un peu comme dans la pub Ricorée). Dans la mesure où, à mon contact, il a développé une allergie sévère à Bruce, j’ai dû arrêter tout ça pour lui éviter une crise matinale.

https://i2.wp.com/www.croquonslavie.fr/NR/rdonlyres/1E98AFA6-357E-482B-BB6E-4C074B3DF78F/5393/header_HPpubs_RICORE.jpg

Pfff… J’te jure… On n’a pas idée…

A la place, j’ai surfé (sur Internet, ma Mare n’a pas assez de vagues…) et je suis allée Chez Wam où m’attendait un article sur les mashes-up, à savoir des mix rock/hip hop dans la veine de ceux de Wick-it the Instigator reprenant les Black Keys, dont au sujet desquels je t’entretenais récemment ici. Drine² nous propose aujourd’hui en ce jour du Saigneur Seigneur d’en découvrir d’autres. J’ai particulièrement aimé Jaydiohead (mix de Jay Z, un des rares rappeurs supporté par mes esgourdes, et de Radiohead) et Mos Dub avec son ragga bien sympathique pour l’été. Je te laisse découvrir tout ça sur son blog, en attendant un prochain –et j’espère plus dense !- Sunday, Brucie Sunday !!!

(*): les crapaudes portenawakaises coassant un angliche approximatif, tu trouveras parfois des transcriptions phonétiques littérales à défaut de mieux…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s