Tarte tomates courgettes aka chez nous « Tarte à la courgine »…

… et je m’en vais de ce pas t’expliquer pourquoi on l’a baptisée de ce petit nom énigmatique avant de te livrer la recette de ce mets estival particulièrement succulent…

Il y a de cela for longtemps, à l’époque où je n’avais pas la peau des bras en ailes de chauve-souris ni les cuisses qui ressemblaient à un bout d’emmental moisi, Monlolo avait voulu me préparer un bon repas surprise.

Et plus précisément, le soir de son dernier jour de travail avant les vacances estivales annuelles de sa boite. Ce jour-là de juillet, en tant qu’instit’, donc forcément feignante et en vacances, j’avais passé l’après-midi chez une copine instit’ aussi, donc forcément feignante et en vacances, au bord de sa piscine, sachant que Monlolo rentrerait un peu tard dans la mesure où à midi, il avait la beuverie le repas de fin d’année organisé par le CE.

Moi à l’époque

(et dans mes rêves, surtout…)

(sauf pour le maillot de bain qui est quand même trop moche…)

De retour à la maison vers 18h30, je fis part, agréablement surprise, à mon chéri, de la délicieuse odeur me titillant les narines, et lui demandai:

« – Diantre, mais de quel plat émane donc cet exquis fumet ? » (vouivoui, on parle toujours comme ça, chez nous).

Ce à quoi il me répondit, tout fièrement dressé sur ses pattes postérieures de plantigrade:

« – C’est une tarte à la courgine… »

Ah.

« A la courgine ».

L’élocution bafouilleuse et pâteuse, ainsi que ce mot tout droit sorti des limbes du cerveau de l’Ours Brun m’ont quelque peu mis la puce à l’oreille.

« – A la courgine? » répétai-je avec une petite grimace narquoise ?

« – Euh, non, je m’ai trompé, arf arf arf… *vapeurs d’alcool* je voulais dire à la courgette… hi hi hi *exhalaisons méphitiques* mais j’ai confondu avec aubergine, pouf pouf pouf *coma éthylique de la Crapaude évité de justesse* »

« – Ah bon ? Mais t’es allé en acheter, des courgettes ? » lui demandai-je en faisant fi de son haleine sentant la marinade du civet de sanglier de ma mère.

« – Ne-non, y’en avait dans le tiroir du frigo », me répondit-il tout fier de lui.

« – Ah bon, je m’en rappelais plus… »

Sur ces entrefaites-là, faisant amende honorable (y’a ben que les amendes d’honorables, chez moi…) je l’abandonnai à ses occupations pour vaquer aux miennes (genre prendre une douche), puis l’entendant beugler un « A table !!! » retentissant, me pointai toute contente que Monlolo, bien qu’assez imbibé, ait pris soin de me préparer un bon petit plat (« pour se faire pardonner », vous entends-je murmurer narquoisement derrière mon dos. Ben même pas, tu vois. Tant que mon Ours Brun conduit pas, je m’en fous un peu tant qu’il tient le garde-à-vous debout…)

Je nous servis donc de cette tarte à la courgine, et tandis que nous mangions, Monlolo entreprit, fier comme Artaban, de me livrer sa recette.

« – C’est facile, tu coupes 1 grosse courgette en tranches fines que tu mets dans un saladier, puis tu ajoutes 3 tomates coupées en quartiers et 1 oignon émincé. Tu mets du sel, du poivre, de l’huile d’olive, du gruyère râpé, tu mélanges bien le tout et tu verses sur une pâte brisée et tu mets au four. C’est bon, hein ? »

« – Ben… Chais pas, je trouve que la courgette a un drôle de goût. »

« – Whaô, l’autre, elle est jalouse… Arf arf arf !!! » *émanations diverses et variées*

« – Non non, sérieux, c’est bizarre… »

« – […] »

« – … chomp chomp chomp… »

« – Ouais, t’as raison en fait… » m’accorda Monlolo.

« – Mais t’es sûr que c’est de la courgette ? », insistai-je subtilement.

« – Ben oui, c’est bien le truc vert et long que y’avait au frigo ? »

Et là :

« – Rhâ mais non, il me semblait bien que j’avais pas acheté de courgettes, c’est du CONCOMBRE !!! »

Moment de flottement…

…puis gros fou rire, Monlolo reconnaissant que l’alcool peut quand même légèrement embrouiller le cerveau quand il est consommé en quantité conséquente…

Du coup, on a tout trié, balancé le concombre et gardé la tomate. Car je te le dis sans ambages, le concombre cuit, c’est dégueulasse.

N’empêche que depuis, on refait souvent de la tarte à la courgine, que même depuis c’est une AOC et un Label vin rouge.

Et à force, on a fignolé la recette ci-dessus, en rajoutant 1 gousse d’ail écrasée et de l’origan dans la garniture, et en badigeonnant le fond de tarte avec 1 grosse cuillère à café de moutarde.

Et là, crois-moi, eh ben c’est bon !

Publicités

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s