Qu’on ne me mette pas le corps médical entre les mains ce matin…

… ou j’en fais de la charpie !

Ce n’est pourtant pas mon habitude. Quand on me met un corps accordé avec un adjectif au masculin entre les pattes, c’est pas à en faire de la chair à pâtée à quoi je pense en premier, mais plutôt à de la chair à saucisse… Hé hé hé…

Mais ce matin, alors NON.

Ils m’énervent, ces toubibs. S’ils ne veulent pas entendre les gens se plaindre, fallait pas qu’ils choisissent ce métier, merde alors. Oui, je deviens triviale, mais là, j’ai les nerfs, et même les boules.

Au sens figuré comme propre, car depuis hier matin, j’ai un cou de taureau. Et non, je ne rejoue pas la fable de La Fontaine de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf.

https://i1.wp.com/www.jdlf.com/skin/images/flipflop/grenou.gif

C’est plutôt du genre quand je me baisse, j’ai les grosses veines du côté droit qui gonflent et palpitent (cet effet est en général plus sympathique sur… comment dire… la chair à saucisse…). J’ai aussi l’impression d’étouffer et que ma caboche va exploser sous l’effet de la pression.

Hello, call me Cocotte Minute.

J’ai donc vaillamment tenu toute la journée d’hier (barbecue au grangeon, cueillette des mûres, bien sympa), cette nuit a été courte, car la sensation d’étouffement empirait quand je m’allongeais (j’ai donc dormi assise comme au Moyen-Âge…), et ce matin, rebelote, voire dix de der’.

Vu mes antécédents (petit rappel ? Allons-y gaiement ! Ablation de la rate suite à un kyste de 4kg, puis ablation totale de l’estomac suite à un putain de concours de circonstances de merde ayant abouti à la naissance prématurée à 6 mois de grossesse de Crapouillette Ière, puis encore après infection par mononucléose, puis par cytomégalovirus aboutissant au diagnostic d’une hypogammaglobulinémie et pose d’une chambre implantable), ben tu vois, j’ai flippé.

Plus que de raison, j’en ai conscience, mais j’ai eu vachement peur. Mais je m’estime quand même excusable, ayant failli mourir 3 fois en 1 an pour ne pas avoir voulu prendre mes symptômes au sérieux, et parce que certains éléments du corps médical n’ont pas voulu me prendre au sérieux.

Donc, les boules, quoi.

Je me suis donc décidée à faire le 15 ce matin, qui m’a redirigé vers mon médecin traitant qui était de garde, qui est d’habitude vachement sympa, compréhensif et rieur, et qui, cette fois, m’a vouvoyée  alors qu’il me tutoie tout le temps.

D’entrée, j’ai traduit « Elle me fait chier, celle-là, à m’appeler le dimanche… »

Certes, mais c’est ton boulot, mon gars. Si tu voulais pas être emmerdé les week-end, fallait faire de la recherche.

Bon, cela étant, c’est un très bon diagnosticien, il a conclu à une dilatation des veines sous l’effet conjugué de la chaleur et d’une probable et naissante allergie à la poussière (ben oui, il m’a fait me rappeler que ça m’a pris juste après avoir passé le plumeau hier matin) m’ayant irrité la gorge qui donc avait enflé. Il m’a conseillé de prendre des antihistaminiques de la gamine, non sans m’avoir dit que fallait arrêter la psychose pour tout en n’importe quoi, m’avoir bien fait comprendre que je l’avais bien dérangé pour rien (et mon cul, c’est du poulet ???!!! Spéciale dédicace à Pamela et Brenda du blog éponyme, par la même occasion) et basta, merci au revoir, dommage que les consultations téléphoniques soient pas payantes et majorées durant les gardes.

Alors, certes, ça va mieux depuis la cuillerée d’Aérius, j’ai plus trop l’impression d’avoir avalé les boules de 1050 grammes chacune de Monlolo (ne te méprend pas, ce n’est pas un phénomène fantastique de la nature, je te parle de ses boules de « longue » ou sport-boules ou boule lyonnaise…), j’arrive à me baisser sans friser l’évanouissement, mais j’ai toujours ce putain de goût amer dans la gorge, qui, lui n’a rien à voir avec le sirop…

Me faire traiter directement ou sous couvert de grands mots de douillette, de parano ou d’hypocondriaque, ça va bien 5 minutes. Mais les symptômes, les douleurs, je les ai pas inventés, ils étaient bien là.

Alors au lieu de m’envoyer limite balader, Môssieur le Docteur en Médecine Générale aurait pu être tout simplement gentil et me rassurer. Je vois pas ce que ça aurait changé pour lui, mais pour moi, pas mal de choses, je pense… (d’un autre côté, j’aurais pas pondu cet article, comme quoi y’a toujours un bon côté à chaque chose, aussi désagréable fut-elle…)

Bon allez, je cesse de déverser ma bile (comme organe restant, j’ai encore ma vésicule, mais bon, quand j’ai parlé à mon infectiologue de la carte de donneur d’organes, on a bien rigolé !) et je vais aller faire à manger.

Après avoir bouffé du toubib au p’tit déj’ ce matin (d’ordinaire, je bouffe du curé à tout va, c’est plus tendre…), que vais-je bien pouvoir déguster à midi ?

Je ne vais tout de même pas me taper un vieil armagnac cul sec comme Antoine de Caunes !!!

La chair à saucisse dont au sujet de laquelle je te causais en début d’article, peut-être…

Hé hé hé, comme ça, la boucle est bouclée, et mon article, lui, il est terminé !!! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s