Nowhere Boy

Bonsoir, lecteurtrice du vendredi aux oreilles affutées, qui sait reconnaître la bonne musique ! Hein, ma Bernie !!!

Cette semaine, on causera rock, donc, mais via le 7ème art.

La semaine dernière, avec Monlolo, on a regardé le DVD de « Nowhere Boy », le film de Sam Taylor-Wood (qui a aussi réalisé le chef d’oeuvre « Kick Ass » !!!). Film retraçant les premiers pas de John Lennon sur la scène liverpuldienne dans la 2ème partie des 50’s.

nowhere_boy-4.jpg

 

1955. John Lennon (remarquablement interprété par Aaron Johnson), adolescent un poil rebelle élevé par sa tante Mimi (toujours parfaite Kristin Scott-Thomas), retrouve sa mère à l’enterrement de son oncle George. Grâce à cette mère instable (bipolaire ?), il découvre le rock. Liverpool était en effet, grâce à ses docks accueillant les bateaux en provenance des USA, bien ravitaillée en 45 tours. Sa mère, Julia, lui apprend à jouer du banjo et lui offre sa première guitare.

Ensuite, c’est l’époque des petits groupes, dont les Quarrymen, et c’est la rencontre avec Paul McCartney, puis George Harrison.

On connait tous la suite !

A ce propos, le film « Nowhere Boy » finit presque exactement là où le film « Backbeat » de Iain Softley commence.

 

https://i1.wp.com/www.cinemovies.fr/images/data/affiches/Gaff2039335002.jpg

 

« Backbeat » retrace l’épopée des Silver Beetles à Hambourg, la rencontre avec Klaus Voormann (celui qui a dessiné la pochette de « Revolver » par la suite) et l’histoire d’amour de Stuart Suttcliffe (meilleur pote de Lennon, bassiste médiocre du groupe et surtout peintre et beau-gosse) avec Astrid Kirchherr, photographe et instigatrice de la coupe à la Beatles.

https://i2.wp.com/xave.org/public/images/lezarts/beatles-revolver.jpg

 

Pour en revenir à « Nowhere Boy », le mot qui me vient en premier quand j’y pense est « juste ». Tout y est juste: le jeu des acteurs (tous vraiment impeccables), l’accent liverpuldien, les décors, les costumes, l’ambiance 50’s, les faits, la musique… Tout a été recréé d’une manière… juste ! La documentation a été très importante pour la réalisation (très bien expliquée dans les bonus du DVD).

Le seul petit bémol, c’est la tronche du George Harrison du film. Il ressemble tellement peu au vrai qu’on ne le reconnait pas dans les scènes où il est, ce qui nuit un peu à la fluidité de la compréhension du film.

Sinon, l’histoire est vraiment prenante, et poignante. On a chialé comme des madeleines, surtout vers la fin.

Je me rappelle parfaitement des têtes de Monlolo et de son frère rentrant du cinéma où ils venaient de voir le film : pâles, les yeux rouges… Emotionnellement chargés, quoi !

Allez, je te laisse écouter la chanson qui clôture le film, qui s’appelle « Mother », que Lennon a écrite en 1970 suite à une thérapie. Chanson parue sur l’album « Plastic Ono Band ».

Fais gaffe, prépare les Kleenex…

 

 

Mother, you had me but I never had you,
I wanted you but you didn’t want me,
So I got to tell you,
Goodbye, goodbye.
Farther, you left me but I never left you,
I needed you but you didn’t need me,
So I got to tell you,
Goodbye, goodbye.
Children, don’t do what I have done,
I couldn’t walk and I tried to run,
So I got to tell you,
Goodbye, goodbye.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home.
Mama don’t go,
Daddy come home… 

 

https://i1.wp.com/www.mamanbobo.fr/wp-content/uploads/2011/09/Blog-and-roll3.jpg

 

Encore merci, Maman Bobo, pour ce rendez-vous !!!

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s