Anniversaire au cimetière

Bonjour, lecteurtrice !

Comme tu l’as sans doute remarqué, le froid s’installe tout doucement, les jours se sont raccourcis, la nuit tombe plus tôt surtout depuis le changement d’heure, on attaque le mois de novembre… L’hiver n’est pas loin, car comme le dit si bien le proverbe: « A la Toussaint, l’hiver est en chemin, manchons aux bras et gants aux mains« .

Y’en a plein, des dictons de saison à la con comme ça !

« Le mois de novembre est malsain, il fait tousser dès la Toussaint« .

Ou encore « A la Toussaint, tout vin est sain » (je l’aime bien, celui-là…)

Puis après, on aura droit à « Noël au balcon, Pâques aux rabannes » (signé Antoine de Caunes) (♥ Antoine ♥)

Mais mon préféré pour aujourd’hui, c’est celui-ci, que tu ne connais pas forcément, mais qui personnellement a rythmé mon enfance… (attassion, séquence nostalgie…)

 

 

« Joyeux anniversaire, en route pour le cimetière ! »©

(© copyright moi)

https://i0.wp.com/farm1.static.flickr.com/28/47360830_05d07fad05.jpg

Photo Vu Bui sur Flickr

 

 

Bah oui, comme tu l’as peut-être deviné si tu as le QI au moins égal à celui d’une huitre, aujourd’hui c’est mon anniversaire !!!

37 ans que je que j’honore la planète de mon auguste présence.

Ou 37 ans que je fais chier le monde, c’est selon.

Déjà, naître un jour férié, ça enquiquine le personnel hospitalier. Le barbier-accoucheur de garde (oui, je suis tellement vieille qu’à l’époque, le mot gynécologue-obstétricien n’existait même pas) doit planter sa famille pour revenir à la maternité plonger ses mains dans les entrailles gluantes et sanguinolentes d’une dame qu’il connait non bibliquement (normalement).

Et naître pour la Toussaint, ça saoule (ou plutôt finit de saouler) le papa, qui, voulant amener un bouquet de fleurs à sa femme/la mère de son enfant, peine déjà à trouver un fleuriste ouvert, et s’il y parvient, ne trouve que des chrysanthèmes.

Et du coup, recevoir des chrysanthèmes, ça gonfle profondément la jeune maman, qui n’aspire, pour le coup, qu’à dégonfler.

Par la suite, ça gave ta mémé qui ne peut pas pleurer ses morts tranquille, et qui est obligée de faire bonne figure quand elle t’offre ton cadeau.

Donc, d’aussi loin que je me souvienne, le jour de mon anniversaire se résume à cadeaux (youpi !!!), puis tronches de six pieds de long lors de la traditionnelle tournée des cimetières (oui, au pluriel, en plus, j’ai une famille nombreuse où beaucoup de monde a eu l’idée de mourir tôt…), puis repas de famille entre rires et larmes quand on évoque nos défunts.

On a beau dire, ça forge le caractère ! Chaque année, de 4 à 18 ans: « Bon anniversaire, ma grande ! Bon allez, grouille-toi d’ouvrir des cadeaux, faut qu’on aille au cimetière ! »

N’empêche que je pense que c’est ce qui m’a évité d’avoir ma période goth’ à l’adolescence, j’avais eu ma dose de macabre durant l’enfance !

Mais moi, j’aime bien quand même être née pour la Toussaint.

Je suis toujours tranquille à la maison.

Du coup, n’étant pas de nature très festive excepté en famille, j’ai toujours esquivé les gâteaux à l’école, les surprises à la con de mes camarades, les pots au boulot… Ca m’arrange, quoi !

Et puis, finalement, tu admettras qu’être née pour la Toussaint quand on est la Bombasse aux Pastèques, c’est quand même tout à fait normal !

 

https://i0.wp.com/www.lescretins.com/images/news/image-1808.jpgImage « www.lescretins.com »

 

Car comme le dit le proverbe :

« Toussaint dehors, tous seins dehors ! »©

 (© copyright moi encore)

Advertisements

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s