Les Bee Gees: de la brit-pop au moule-boules

Hellooo-ooohhh, Lecteurtrice !

Aujourd’hui c’est vendredi, et j’ai la fièvre d’être samedi soir !!!

(Oh my god Michel, comme elle est mauvaise, mon intro…)

Et en plus, le vendredi, kèkiya chez Maman Bobo ? Le rendez-vous désormais incontournable de la blogosphère, j’ai nommé Blog’n’roll !!!

A cette occasion, je vais te présenter une semi-trouvaille.

Semi, car je connaissais le groupe, les Bee Gees en l’eau-cul-rance. Mais l’autre matin, alors que j’étais en plein repassage et que iTunes était branché sur le mode aléatoire, il est sorti cette chanson-là ci-dessous au milieu des 18 469 autres (quand même).

Ouvre donc tes esgourdes et apprécie…

Ce titre est extrait de leur tout premier album de 1966, le bien-nommé « First », qui est une petite merveille de brit-pop légèrement psychédélique 60’s, aux influences kinksiennes et surtout beatlesiennes évidentes, mais néanmoins très bien torché.

Remember the First Time?

J’ai pris une sacrée baffe, je dois dire, car me targuant quand même d’une solide culture pop rock, j’étais passé à côté de ça.
Ben oui, tu comprends, pour moi (comme pour toi j’en suis presque sure), les Bee Gees, c’était ça :

Moule-boules power !!!

N’étant pas (mais vraiment pas) amatrice de disco, je dois bien dire que cette musique m’a toutefois bien fait délirer, tout comme le film, qui sentait bon la sueur, le stupre et la fornication libre des 70’s.

Et où y’avait Travolta.

Aaaaaahhhhhh… Travoltaaaaaa…

Travolta et moi, c’est une grande histoire d’amour. Rends-toi compte qu’à 5 ans à peine, j’avais collé un autocollant de lui trouvé dans une boite de Vache Qui Rit sur la tête de mon lit à barreaux ? Mais j’étais vénère, y’avait cette garce d’Olivia Newton-John avec lui (bah oui, c’était un autocollant de « Grease »…)

Après, je l’ai aimé d’amour dans « Blow Out », et quand je l’ai retrouvé dans « Pulp Fiction », j’étais aux anges. Mon amour de jeunesse était de retour…

Mais maintenant, il faut VRAIMENT que je t’avoue quelque chose.

C’est que la chanson « Staying alive » produit un drôle d’effet sur moi.

Je te jure.

Pendant au moins une semaine après son écoute provoquée ou fortuite, je ne peux pas m’empêcher de marcher en rythme avec la musique qui résonne dans ma tête, tout comme Travolta dans la vidéo ! Et il faut vraiment que je me retienne pour pas brailler des « Ha ha ha ha Staying aliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiive » avec une voix de fausset nazillarde.

Maintenant que j’ai perdu le peu de crédibilité qu’il me restait, je te laisse pour aller jouer aux Petits Poneys avec Maman Bobo.

Je te jure.

Tu me crois pas ? Ben clique sur l’image, alors, et tu verras bien !!!

http://adrenaline1971.files.wordpress.com/2011/12/68513260_p.jpg?w=500

Publicités

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s