Sex, Rogue & rock’n’roll chap.4 [Fan fiction Harry Potter]

Hellooo-ooohhh, Lecteurtrice fidèle ou pas (encore) !

Voici la suite de ma fan fiction Harry Potter. N’hésite pas à laisser un petit commentaire avec ce que tu en penses ! Merci d’avance, et à jeudi pour la suite !

_______________________________________

IV – Premier contact

 Je vous en prie, Lyla, asseyez-vous, nous allons dîner. Vous devez être affamée, après ce long voyage, dit aimablement Dumbledore.

 Merci, monsieur, mais j’aimerais me rafraîchir avant, si possible, répondit Miss Harrison.

 Je comprends. Severus, s’il vous plait, pourriez-vous conduire Miss Harrison à ses appartements ? demanda Dumbledore. Elle est installée dans le second logement des cachots, vous le connaissez ?

 Oui, bien entendu, répondit-il un peu fraîchement. Suivez-moi, dit-il sèchement au professeur Harrison.

Rogue traversa en trombe la Grande Salle sous les regards curieux des élèves, Miss Harrison sur ses talons. Il ralentit l’allure dans les couloirs encore déserts du château. Miss Harrison marchait désormais à ses côtés, toujours souriante. Rogue la regardait en permanence du coin de l’œil. Elle était magnétique. Maintenant qu’il était près d’elle, il pouvait remarquer quelques détails qui la rendaient encore plus attirante : son grain de beauté sous la commissure droite de sa bouche généreuse, son piercing à l’arcade droite, ses nombreux anneaux aux oreilles… Il rigolait intérieurement de l’avoir prise pour une élève. Il ne faisait pourtant aucun doute que c’était une femme.

Pour une fois, il aurait voulu dire quelque chose, mais rien ne sortait. Pas un mot. Ce fut elle qui rompit le silence.

 C’est vraiment grand, ici… Rien à voir avec Beauxbâtons… C’est gentil de m’avoir accompagnée, sans ça, je me serais déjà perdue ! lui dit-elle en le gratifiant d’un regard appuyé et d’un large sourire.

 Je vous attendrai pour le retour, si vous voulez, proposa timidement Rogue. Il s’étonnait lui-même d’avoir dit ça.

  Je veux bien, merci, répondit-elle d’un ton satisfait.

Ils restèrent silencieux le reste du trajet. Mais bizarrement, Miss Harrison ne semblait pas mal à l’aise. Cette atmosphère semblait lui convenir. Rogue n’avait que très rarement vu une telle attitude. Ils arrivèrent à hauteur de la salle de classe et du bureau attenant que Rogue lui indiqua, et quelques instants plus tard, ils étaient devant les appartements de Miss Harrison.

 Je vous en prie, entrez, j’en ai pour deux minutes, lui proposa-t-elle en jetant négligemment ses gants, sa cape et son blouson de cuir sur le lit et en fouillant dans un petit sac à dos.

Rogue tressaillit en la voyant alors dans un simple débardeur noir. Pour se changer les idées, il observa alors l’appartement tandis que la jeune femme était dans la salle de bain. C’était le même que le sien, mais l’ameublement et la décoration en étaient encore très sommaires. Il remarqua les malles encore bouclées, ainsi que trois étuis qui semblaient protéger des guitares.

 Je vous offrirais bien quelque chose, proposa-t-elle de la salle de bain, mais comme vous pouvez voir, je n’ai pas encore pu défaire mes malles, ajouta-t-elle en réapparaissant, portant désormais un pull noir à col V profond suffisamment court pour apercevoir son nombril autour duquel s’enroulait un tatouage en forme de tourbillon.

Rogue sentait une sorte de boule au fond de sa gorge. Il n’arrivait pas à prononcer le moindre mot. Il devait avoir l’air ridicule.

 On peut y aller, lança-t-elle gaiement en agrafant sa cape.

Ils regagnèrent alors la Grande Salle, leurs capes noires tourbillonnant derrière eux. Rogue ne pouvait détacher son regard de la jeune femme. Elle l’intriguait. Elle était toujours souriante, semblait dans son élément en sa compagnie. C’était rare. D’habitude, soit on le fuyait, soit on le raillait. Elle ignorait certainement son sinistre passé et n’avait donc aucun préjugé à son encontre. Et sans doute était-elle plus large d’esprit que les autres, peut être aussi plus forte de caractère. Elle ne semblait nullement impressionnée par sa froideur ni par son physique peu avenant.

Les clameurs provenant de la Grande Salle désormais toute proche mirent fin à ses pensées. Ils allèrent s’attabler, Rogue à côté de McGonagall et Miss Harrison entre Rogue et Mme Chourave. Il aurait tellement aimé avoir une conversation drôle et intéressante… Cela faisait décidément trop longtemps qu’il n’avait pas fréquenté la vie en société. Quant à Miss Harrison, elle conversait gaiement avec Mme Chourave, elles riaient… Et lui restait engoncé dans son attitude glaciale et hautaine…

Le banquet toucha alors à sa fin. Les élèves regagnaient leurs dortoirs conduits par les préfets tandis que les professeurs restaient attablés. Rogue fut le premier à se lever pour prendre congé. Miss Harrison en fit autant et se tourna vers lui.

 S’il vous plait, je peux rentrer avec vous ? Je n’arriverai jamais à retrouver mon chemin dans ce dédale de couloirs, lui dit-elle timidement en faisant une petite grimace montrant qu’elle ne se prenait pas au sérieux.

 Je vous en prie, venez, répondit Rogue avec un léger sourire.

Ils reprirent alors le chemin vers les cachots.

 Promis, demain, je me dégotte une carte, lui dit Miss Harrison à mi-chemin, en le regardant malicieusement.

 J’en ai dans mon bureau… enfin, notre bureau, rectifia Rogue. Venez, je vais vous en donner une.

Ils arrivèrent devant la lourde porte.

 Le mot de passe, c’est Ptolemaius, lui indiqua Rogue en faisant un mouvement de sa baguette.

Ils pénétrèrent alors dans le vaste bureau sombre et paisible, dont les étagères étaient encombrées de divers bocaux contenant toutes sortes d’ingrédients fondamentaux pour la préparation des potions. Son antre, qu’il allait partager avec sa charmante collègue.

 Whâ, c’est bien, ici, s’exclama Miss Harrison en regardant autour d’elle. On doit être tranquille…

 Effectivement, dit Rogue en prenant un parchemin dans un tiroir de son bureau. Tenez, voici le plan de l’école, ajouta-t-il en le lui tendant.

  Exhibeo Itineris appartement Lyla, dit alors Miss Harrison en tapotant le plan de sa baguette en bois sombre finement sculpté, dont le manche était incrusté de motifs en argent.

 Quel est ce sort ? demanda Rogue en s’approchant.

 Ça sert à indiquer le chemin d’un point à un autre. C’est pour les flèches dans mon genre qui n’ont aucun sens de l’orientation, dit-elle avec un sourire agrémenté d’un clin d’œil. Tiens, regarde, lui dit-elle en lui montrant le parchemin sur lequel on voyait des petites empreintes de pas aller du bureau à son appartement.

Rogue sursauta. Elle l’avait tutoyé. Elle sembla s’en apercevoir, car elle ajouta immédiatement sur un ton d’excuse :

 Euh… Regardez… Pardon, je suis désolée, mais quand je suis à l’aise avec quelqu’un je le tutoie sans y penser. Mais si ça vous gêne…

 C’est comme vous voulez, la coupa Rogue avec un léger sourire. Elle était à l’aise avec lui…

 Eh bien ce sera comme ça viendra, conclut Miss Harrison retrouvant son air enjoué. En tous cas, merci pour la carte ! A demain !

 Le petit déjeuner est servi dès 7h30, ajouta Rogue.

 Très bien ! Bonne nuit ! lança-t-elle avant de quitter le bureau.

Rogue s’assit alors à son bureau, en proie à la confusion la plus totale. Cette fille l’obsédait carrément. Il commença à ranger ses papiers de rentrée et à classer ses préparations pour les cours du lendemain, mais il lui était impossible de se concentrer sur autre chose que le fin visage de Miss Harrison. Il envoya voler ses papiers d’un grand geste de la main, victime d’une agitation intense, avant de se renverser dans son fauteuil, allongeant ses jambes sur le bureau et se passant les mains sur le visage et dans les cheveux. Il abandonna alors la lutte contre ces sentiments naissants qui le troublaient tant, se laissant envahir par une douce torpeur, si douce, tellement douce…

Lyla…

[…]

« Professeur Rogue… Professeur Rogue… Severus… » dit quelqu’un en lui touchant l’avant-bras gauche.

Rogue se réveilla en sursaut, manquant de tomber de son fauteuil. Il réajusta aussitôt la manche de sa redingote et se redressa d’un geste brusque, brandissant sa baguette autour de lui.

  Que faites-vous là ?! aboya-t-il, furieux et vexé, cherchant l’intrus du regard.

 Excusez-moi, je ne voulais pas vous faire peur. Je n’avais plus d’encre, je me suis dit qu’il devait y en avoir ici, répondit sèchement Miss Harrison, manifestement agacée d’être agressée ainsi.

  Ah… Pardon, je ne vous avais pas vu, se radoucit Rogue, en voyant sa collègue en débardeur, caleçon et tongs sous sa cape.

Pr Lyla Harrison

 J’ai pensé qu’il valait mieux vous réveiller pour vous éviter les courbatures, s’expliqua Miss Harrison.

 Certes. Merci de cette attention, acquiesça Rogue en détournant le regard. Bonne nuit, ajouta-t-il en s’éloignant, raide comme la justice.

  Bonne nuit, entendit-il répondre Miss Harrison.

Rogue regagna rapidement ses appartements. L’inquiétude le rongeait. Il enleva sa cape rageusement, se servit un cognac et se cala dans son fauteuil. Pourvu qu’elle n’ait pas vu la Marque des Ténèbres sur son avant-bras… Depuis quelques temps, elle était plus nette, on pouvait maintenant aisément la reconnaître. Le Seigneur des Ténèbres recouvrait ses forces, c’était indéniable. Dumbledore était également sur ses gardes.

Toutefois, ces inquiétudes étaient désormais presque éclipsées par d’autres tracas beaucoup plus insignifiants et plus récents. Cette Miss Harrison… A chaque fois qu’il y pensait, il avait l’impression qu’une main gantée de fer plongeait dans sa poitrine et tentait de lui broyer les entrailles. Il n’avait rien ressenti de tel depuis ses seize ans. Tout cela l’effrayait au plus haut point. Ne pas pouvoir maîtriser ses émotions l’angoissait et l’agaçait profondément ; c’était un signe de faiblesse. Et il sentait bien que cette attirance était incontrôlable. Mais paradoxalement, il était heureux ; il avait la sensation d’être à nouveau un homme à part entière.

Il se leva un moment après, se déshabilla, alla prendre « Femmes et Hombres » de Verlaine dans sa bibliothèque et se glissa sous les couvertures, ayant dans l’idée de lire un peu pour s’endormir. Il se rendit vite compte qu’il n’avait peut-être pas pris le livre adéquat pour ceci. Il posa le recueil de poèmes sur sa table de chevet, souffla les chandelles, et laissa son esprit vagabonder. Il sombra alors progressivement dans un demi-sommeil troublant dans lequel de fins visages aux yeux émeraude et à la bouche sensuelle tournoyaient autour de lui, parfois rieurs, parfois lui lançant des clins d’œil, parfois s’approchant de lui en diffusant une douce chaleur. Mais d’autres fois les beaux visages s’agrandissaient démesurément avant de fondre sur lui ; ils se tordaient comme sous l’effet de la douleur, révélant une bouche grande ouverte de laquelle sortait un serpent qui prenait l’apparence de lord Voldemort.

® Rose Cocoon

__________________________________________

Je te rappelle que tu peux retrouver l’intégralité de cette fan fiction en cliquant sur l’onglet “Sex, Rogue & rock’n’roll” en-dessous de ma bannière !

PS: voici la première illustration réalisée par la talentueuse Rose Cocoon ! Si tu cliques sur l’image, tu atterriras sur son blog.

Si toi aussi tu as envie de faire une illustration pour ma fan fiction, contacte-moi afin que je t’envoie les prochains chapitres !

Publicités

16 réflexions au sujet de « Sex, Rogue & rock’n’roll chap.4 [Fan fiction Harry Potter] »

  1. yeah !!!! j’adore ton écriture … j’attends la suite avec impatience ! tu sais tenir ton lecteur (enfin ta lectrice en l’occurrence) en haleine !
    bises

  2. j’ai quand même du mal à imaginer Rogue fou d’amour et passionné …. mais le personnage de Lyla me plait beaucoup !

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s