Sex, Rogue & rock’n’roll chap.16 [Fan fiction Harry Potter]

XVI – La chute

Tonks et le professeur McGonagall s’engouffrèrent dans la pièce principale, un grand sourire illuminant leur visage.

– Albus, on vient de nous avertir que Voldemort avait été anéanti ! dit McGonagall d’un ton surexcité.
– Quoi ? s’exclamèrent-ils tous à l’unisson.
– Il a été détruit ! Plusieurs membres de l’Ordre ont assisté à sa chute ! Environ un quart d’heure après sa réincarnation, Maugrey, Arthur Weasley, Mondingus et Shacklebot, qui étaient en faction, l’ont vu se décomposer dans un tourbillon de lumière orange ! Il hurlait de douleur, Albus, et il a disparu ! raconta vivement McGonagall. Les membres de l’Ordre ont alors pu appréhender quelques Mangemorts, dont Lucius Malefoy, Bellatrix Lestrange et Peter Pettigrow !

A la mention de ce dernier nom, les visages de Black et Lupin s’éclairèrent, les larmes leur montant aux yeux.

– Malheureusement, les autres ont pu s’enfuir, mais nous avons une chance de les retrouver car dans la panique qui a suivi la disparition de Voldemort, Maugrey a pu soumettre la plupart au sortilège de Traçage, conclut McGonagall.

Tout le monde semblait abasourdi, mais des sourires naissaient sur toutes les lèvres. Dumbledore fut le premier à reprendre la parole.

– Lyla, Severus, vous étiez donc en train de faire l’amour à ce moment-là…
– Oui, dirent-ils de concert.
– Lyla, vous êtes aussi Legilimens…
– Oui, et plutôt puissante, confirma-t-elle.
– Puis-je vous demander si quelque chose de spécial arrive quand vous vous… unissez ? demanda Dumbledore.
– Eh bien, on a accès aux pensées, aux émotions de l’autre, expliqua Miss Harrison. C’est pour ça que Severus n’aurait pas pu me cacher quoi que ce soit sur Voldemort, et notamment une douleur qu’il aurait ressentie au niveau de la Marque des Ténèbres, finit-elle.
– Mais c’est un Occlumens très puissant ! cria Black en s’agitant. Il aurait pu te cacher n’importe quoi ! Et puis de toute façon, vous êtes complices tous les deux ! Vous pouviez très bien être là-bas ensemble et puis… et… puis…

Black devint soudainement muet, sa bouche s’ouvrant et se fermant comme celle d’un poisson hors de l’eau. Il avait les yeux exorbités, braqués sur Miss Harrison, et ses traits étaient marqués par une intense terreur. Tous se tournèrent vers la jeune femme, et la virent concentrée à l’extrême, son visage d’ordinaire jovial complètement fermé, et ses yeux émeraude durs et brillants plongés dans ceux de Black.

– Lyla, ça suffit, dit alors sèchement Dumbledore.

Le visage de Miss Harrison se détendit progressivement, une lueur de triomphe passant dans ses yeux verts. Quant à Black, il était au fond de son fauteuil, l’air effrayé.

– Comment tu.. tu…, bredouilla-t-il.
– Je t’avais dit que j’étais une puissante Legilimens. Tu me crois, maintenant ? le nargua-t-elle.

Black ne répondit rien, mais tous furent convaincus que oui.

– Dis-donc, ce n’est pas très reluisant, ce que j’ai vu, continua-t-elle d’un ton doucereux. Tu traites Severus comme la pire des ordures, mais tu ferais bien de te pencher sur ton passé. Tu n’es pas tout propre non plus…
– Espèce de petite garce ! siffla Black entre ses dents.
– Je t’interdis de lui parler comme ça ! rugit Rogue en bondissant du canapé.
– ÇA SUFFIT, VOUS TROIS ! cria Dumbledore. Asseyez-vous, Severus. Sirius, je ne veux plus vous entendre. Et vous, Miss Harrison, veuillez vous calmer, ordonna-t-il d’un ton sans réplique. Très bien… Réfléchissons…

Le silence s’installa alors dans la pièce. Dumbledore était plongé dans ses pensées, Black semblait soudainement trouver ses pieds très intéressants, Lyla avait posé sa tête sur l’épaule de Severus qui lui caressait doucement les cheveux. Lupin semblait beaucoup s’amuser, tout comme Tonks et McGonagall qui en profitèrent pour aller se chercher une chaise.

– Se pourrait-il que… commença Dumbledore d’une voix pensive, attirant tous les regards vers lui. Severus, elle vous aime, dit-il alors.
– Oui, je sais, confirma-t-il en rougissant légèrement. Et c’est réciproque, assura-t-il.

Lyla l’approuva d’un large sourire. Black affichait une expression de profond dégoût, McGonagall souriait, les mains jointes sur sa poitrine, et Tonks et Lupin se regardaient, les yeux brillants.

– Résumons, reprit Dumbledore. Vous êtes tous les deux de puissants Legilimens, vous vous aimez, et vous étiez en train de faire l’amour quand Voldemort a réapparu. On sait déjà que c’est une solide volonté de résistance aux Forces Obscures jumelée avec un amour sans condition qui a anéanti Voldemort la première fois ; celui de Lily Potter pour son fils. Je pense que c’est encore l’amour qui l’a détruit cette fois.
– Expliquez-vous, dit durement Black.
– D’après vos dires, Voldemort a réapparu peu après vingt et une heures. Je pense qu’il a essayé d’appeler Severus à ses côtés grâce à la Marque des Ténèbres, car il était convaincu qu’il lui était toujours fidèle.
– Et qu’est-ce qui vous prouve le contraire ? l’interrompit Black.
– Sirius… dit Dumbledore d’une voix lasse. J’ai des raisons personnelles d’accorder une confiance absolue à Severus. De plus, comme vous le savez, je ne suis pas mauvais en légilimancie. Par ailleurs, Severus s’est soumis de son propre chef au Veritaserum régulièrement durant toutes ces années.
– Mais c’est lui qui le prépare, il aurait pu truquer la potion ! s’acharna Black.
– Non. Le Veritaserum employé venait directement du Ministère. Cela vous suffit-il ?

Black émit un grognement en guise de réponse.

– J’en ai assez, Albus, dit alors Rogue d’une voix faible. Je désire être soumis au Veritaserum en public, sous votre contrôle. Je n’en peux plus de cette atmosphère de suspicion permanente. Dès la rentrée, je souhaiterais être questionné devant les professeurs, les élèves et leurs parents, voire tout autre adulte qui en ferait la demande, conclut-il.
– Je refuse, Severus. Votre histoire n’appartient qu’à vous, répondit Dumbledore.
– Pourrais-je au moins le faire devant les membres de l’Ordre du Phénix ? insista-t-il, en lançant un regard noir à Black.
– Si vous y tenez vraiment…
– Oui. Peut-être qu’ainsi on me fichera un peu la paix… grogna-t-il.
– Très bien… Peut-être serait-il judicieux de convier également Harry Potter, ajouta Dumbledore. Il a le droit de savoir.
– Comme vous voulez, répondit Rogue, en pâlissant légèrement.
– Bien. Mais revenons-en à nos affaires immédiates. Où en étais-je ?
– Voldemort a essayé d’appeler Severus par la Marque des Ténèbres, récapitula McGonagall.
– En effet. Mais à ce moment précis, il était en pleins ébats amoureux avec la femme qu’il aime et qui l’aime. Je pense que cet amour profond et sincère amplifié par la légilimancie est passé par le lien établi entre Voldemort et Severus via la Marque des Ténèbres et qu’il l’a envahit, le réduisant à néant, expliqua Dumbledore. Minerva, reprit-il en se tournant vers elle, les membres de l’Ordre ont bien mentionné un tourbillon de lumière, n’est-ce pas ?
– Tout à fait, Albus, mais pourquoi cette question ? demanda-t-elle en fronçant les sourcils.
– Lyla, Severus, enchaîna Dumbledore, consentiriez-vous à vous embrasser devant nous ?
– Bien sûr ! répondit gaiement Lyla sans poser de question.
– Fais attention à mon nez, lui murmura Rogue à l’oreille avec une grimace de douleur.
– Ne t’inquiète pas…

Ils s’exécutèrent alors avec un plaisir non feint, et tous purent voir le tourbillon de lumière or les envelopper.

– C’est extraordinaire, balbutia McGonagall, tandis que tous les autres les regardaient bouche bée.
– Quoi donc ? demanda alors Rogue en se dégageant doucement de l’étreinte de sa compagne.
– Ce tourbillon !
– Vous pouvez le voir ? demanda Lyla, incrédule.
– Oui, et c’est magnifique, dit Lupin, ébahi.
– Tu es convaincu, Black ? demanda sèchement Rogue, le toisant du regard.

L’air profondément vexé, Black se leva et sortit de l’appartement de Rogue, sans un mot ni un regard pour les autres. Lupin se leva à son tour, comme pour le suivre, mais alla vers Rogue et lui tendit la main.

– Je suis désolé pour le passé, Severus. Et je suis vraiment content pour toi, dit-il en regardant brièvement Miss Harrison avec un sourire. Je le pense vraiment.

Rogue attendit quelques instants, sondant Lupin de ses yeux noirs perçants. Il lui serra alors la main, en disant d’une voix qui avait perdu son ton rancunier :

– Merci. Moi aussi, je suis désolé… Mais ton copain a vraiment un problème, ajouta-t-il durement en montrant d’un signe de la tête l’embrasure de la porte où Black attendait.
– Avec l’arrestation de Pettigrow, son innocence sera rétablie. Je pense qu’alors vous devriez discuter et mettre les choses au clair. A moins que mademoiselle… s’interrompit-il en regardant Lyla.
– Harrison.
– A moins que Miss Harrison ne te révèle ce qu’elle a vu dans les pensées de Sirius tout à l’heure.
– Je pense qu’il vaudrait mieux qu’ils s’expliquent. J’ai fait ça sous le coup de la colère, mais ça ne serait pas très correct de ma part de révéler quoi que ce soit… même à toi ! conclut-elle d’un ton badin en embrassant Severus sur la joue.

Les deux hommes échangèrent une autre poignée de main, et Lupin se dirigea vers la sortie pour aller rejoindre Black.

– S’il vous plait, dit alors Rogue en se levant. Pouvons-nous compter sur votre discrétion à tous concernant ce à quoi vous avez pu assister ce soir ?
– Vous pouvez, confirma Dumbledore, en gratifiant chacune des personnes présentes d’un regard appuyé. Puis-je vous demander depuis combien de temps vous êtes ensemble ?
– A peine un mois, répondit Lyla. S’il vous plait, laissez-nous un peu de répit…
– Je tairai vos noms autant que faire se peut, promit alors le directeur.
– Merci, Albus, dit Rogue d’une voix rauque.
– De rien, Severus, c’est à nous tous de vous remercier pour le remarquable travail que vous avez accompli depuis votre rédemption, et ce au péril de votre vie, dit solennellement Dumbledore sous les regards approbateurs des membres de l’Ordre. Sans vous, et sans Miss Harrison, probablement, ajouta-t-il avec un sourire, Voldemort sèmerait la désolation dans le pays depuis longtemps.

Un silence respectueux se fit durant quelques instants.

– Bien, nous allons vous laisser, maintenant, reprit Dumbledore. Il nous faut tout de même allez vérifier la véracité de tout ceci. Mais compte-tenu de l’agitation qui règne dans ce château depuis quelques instants, je pense que la chute de lord Voldemort ne fait aucun doute ! Au revoir, conclut-il avec un sourire, avant de s’éclipser, suivi par Tonks.

McGonagall, quant à elle, se précipita vers Rogue et Miss Harrison qu’elle serra soudainement dans ses bras en leur disant, les larmes aux yeux :

– Ce que je suis contente pour vous deux !

Puis elle disparut, laissant Lyla et Severus seuls, manifestement quelque peu décontenancés.

Severus Rogue par Syrkell sur Deviant Art

Il est beau, hein, ce fan art ? On en trouve plein sur le net, celui-ci est de Skyrell. Clique sur l’image pour découvrir son très beau coup de crayon !

Bon sinon, ma thèse, crédible ou capillotractée ?

Advertisements

12 réflexions au sujet de « Sex, Rogue & rock’n’roll chap.16 [Fan fiction Harry Potter] »

  1. tu vas me traiter de cruche si je te dis que j’ai du mouillé dans mes yeux?

    je suis très très fatiguée je pense 😉

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s