Problème de fente au SAV

Tu ne le sais peut-être pas, mais mon ton son libre ainsi que mon langage fleuri amènent tout un tas de pervers détraqués à la recherche de tout et n’importe quoi dans ma Mare (un bref aperçu ici).

Ainsi, récemment, au milieu de requêtes diverses et variées du style « bague Dark Vador », « bitte d’amarrage » sans faute d’orthographe, « salope baise en botte ugg », « Robert Dalban », « salope toute nue qui mange un zizi » ou encore « martine a fait caca par terre », j’ai trouvé cette requête-ci :

« leche ma fente »

Ces quelques mots m’ont remémoré une anecdote du temps où je travaillais au Sévices Service Méthodes dans une boite de fabrication de meubles haut-de-gamme destinés à une clientèle très friquée.

Chaque semaine, nous nous réunissions pour faire le point sur les travaux en cours, et en fin de séance, nous analysions les retours clients afin d’améliorer la qualité des produits.

m

Parmi ces produits, la société commercialisait notamment un plumard (ou plutôt un champ de tir vu la taille de la chose) avec une tête en contreplaqué bombée, usinée d’une multitude de fentes laissant passer la lumière des lampes incustées derrière elle (très beau produit, n’empêche).

Un jour, une de ces têtes de lit est revenue au SAV avec comme motif renseigné en bonnet difforme bien calligraphié sur le bon de retour :

« Quand on se met à genou et qu’on approche le visage,

ça sent mauvais dans la fente. »

A croire que mes collègues étaient soit tous soit puceaux, soit hyper concentré dans leur travail, soit très coincés du cul (je vote pour cette option) car il n’y a que moi qui ait été prise d’un fou rire incontrôlable avec rougissement intempestif et torrents de larmes de rire…

m

Tout comme le jour où une table repas est revenue cassée, car « quand on la charge avec un poids d’environ 60 kg et qu’on lui imprime des mouvements de va-et-vient, les pieds lachent. »

Y’a pas à dire, ils savent s’amuser, les riches…

♫ « Je vais, je vais et je viens… » ♫

Advertisements

36 réflexions au sujet de « Problème de fente au SAV »

  1. Ca fait du bien de constater que même si on n’est plus de la fête, la fête continue!!!

  2. Hihi !!! Moi aussi, j’aurais été morte de rire !!! Mais bon, au moins, on peut pas reprocher au service après-vente de cette boîte de ne pas prendre ses clients « au sérieux » 😉
    Gros bisou

  3. Sache que j’ai ri avant même de lire ton article … Comme je reçois par mail, j’ai eu d’abord le titre, j’ai explosé de rire en me demandant ce que tu allais nous sortir… Et j’en pleure maintenant 🙂

    MERCI !!

  4. 😀 Excellent! Vous fournissiez peut être sans le savoir un producteur de film porno haut de gamme (si ça existe…)? J’espère qu’il a mis le nom de la marque au générique de fin.

    • En fait, rétrospectivement, je crois que y’a que le chef qui n’a pas capté, et que les autres se sont retenus pour faire bonne figure. T’façons, moi, j’étais déjà grillée… pis surtout, j’ai pas pu me retenir !!!

  5. Héhé, t’aurais peut-être dû proposer de faire des tests produits avec TonLolo avant de les mettre en vente ! 😉

    • Hi hi, les tests produits, c’était le sujet de mon mémoire de stage fin d’étude, que j’ai fait dans cette boite, suite auquel j’ai été embauchée, et dans laquelle j’ai rencontré Monlolo !!!
      Comme quoi, hein ! 😉

  6. ahhhhhhh ohhhhhhh punaise j’en aurais aussi pleuré de rire ! mais comment ont-ils fait pr garder leur calme ? sans dec ce n’est pas possible qu’ils soient si coinços que ça !!! merci merci j’ai vraiment bien ri !

  7. J’aime Gainsbard, et lui aussi aimait la déconne. Moi aussi j’ai le droit de rire un peu !
    C’est pas interdit, encore, jusqu’à preuve du contraire. Je ne pensais pas que tu allais réagir ainsi, bille en tête. Je croyais que tu aimais l’humour. Ne serais-tu pas double ? Quant à vivante, je le pense sincèrement. Tes inventions verbales en sont le témoignage.
    J’avoie écrit à propos de Royal : vitalité chez SR, optimisme sérieux, avenir concret. La vitalité est une belle qualité à mes yeux.
    Ne pas se prendre au sérieux et faire les choses sérieusement, ça devrait être le leitmotiv de tout le monde. Mon désir d’amitié était sincère. Pourquoi te fermes-tu ?
    Doc Savage, c’était en référence au sonnet du sourcier… des bêtes sauvages.
    A plus…

    • Ah mais non, pas du tout, je ne me suis pas fâchée !!!
      C’est juste que sincèrement, je n’avais pas trop compris ton tout premier commentaire ! (je te jure !)
      Tes 2 comm’ suivants, je les ai bien appréciés, crois-moi 🙂
      Je suis d’accord avec toi, la vie est une chose trop grave pour être prise au sérieux, pour paraphraser Clémenceau !
      Mais je fais toujours les choses sérieusement, mais toujours avec du recul.
      Tu es le bienvenu dans ma Mare, mais ne t’inquiète pas si tes commentaires n’apparaissent pas tout de suite, c’est la modération partielle de WordPress qui fait ça.
      A bientôt, l’ami !!!

  8. J’aime Gainsbard, et lui aussi aimait la déconne. Moi aussi j’ai le droit de rire un peu !
    C’est pas interdit, encore, jusqu’à preuve du contraire. Je ne pensais pas que tu allais réagir ainsi, bille en tête. Je croyais que tu aimais l’humour. Ne serais-tu pas double ? Quant à vivante, je le pense sincèrement. Tes inventions verbales en sont le témoignage.
    J’avoie écrit à propos de Royal : vitalité chez SR, optimisme sérieux, avenir concret. La vitalité est une belle qualité à mes yeux.
    Ne pas se prendre au sérieux et faire les choses sérieusement, ça devrait être le leitmotiv de tout le monde. Mon désir d’amitié était sincère. Pourquoi te fermes-tu ?

  9. D’abord, je ne te dois rien, c’est toi qui me dois. J’espère que t’en es consciente. T’as même pas eu la présence d’esprit de t’excuser. Peut-être que pour toi, baver sur quelqu’un, c’est pas grave, ça peut passer comme une lettre à la poste, c’est sans gêne. Ne pas s’prendre au sérieux et faire les choses sérieusement (ironique), continuer à s’foutre de la gueule des gens et insister lourdement ( y’a que toi pour y voir du cul ). Avec même une pointe de six-rat (Manolo). J’ai pas lu toutes tes autres saloperies, mais ça doit être du même tonneau, que de biens braves attitudes. Vu ton acharnement à vouloir m’adresser la parole, j’en ai déduit qu’au fond de ton âme intime ( dans les replis de ton âme, si t’en a une, ou au plus profond de ton cœur ), tu regrettes peut-être, va savoir, ton élan… de chiffon (de nulle), en clair ton papelard de vomis. La fente, c’est dans ta tête, le vide sidéral de la chanson. Osmose, que tu te repentis, mais j’crois que t’en es pas capable. Enjouée, t’aurais du l’savoir que j’aime l’alacrité puisque tu m’as lu comme la souris verte. Tu dois aimer le cul, ou peut-être pas. Ridelles… les gerbes de blé, les odeurs des os blancs, qui montent jusqu’à ton pif; les bottes de foin, le mépris des dieux, ton cœur de pierre. La comète (de Halley), la laideur du monde, de ton monde. Le respect des autres, tu ne connais pas., tu t’en balances ! Le connais-toi toi-même, tu sait pas c’que c’est. J’ai peur pour ton salut, ma fifille… dans les flammes de l’enfer ! (je gros lolo). C’était simple à comprendre. Après, j’ai joué au bêta, comme toi, mignonne allons voir si la rose…, le retour n’en fut que plus gratifiant. Le monde à l’envers, ce sont ceux qui vous insultent qui vous font la leçon ! Mon Dieu ! Toi, t’aurais l’droit de te foutre de moi, mais moi, j’aurais pas l’droit de me foutre de toi. C’est pas très égalitariste pour quelqu’un qui se présente de gauche ! C’est même très mesquin pour quelqu’un qui aime les blagounettes. Eh oui ! C’est pas agréable qu’on se foute de votre poire. Ne serais-tu pas double ? Pisseuse de litres merde ! Tu croyais être la plus maline, sache qu’on ne me baise pas ! Si je te reprends à continuer ton p’tit « manège à moi », je reviendrais sur ton blog de merde pour vraiment te défoncer. J’espère que t’as compris cette fois ! J’ai pas qu’ça à foutre à discuter avec des nullardes dans ton genre. Oublie-moi comme je t’oublierais…

    • Ah mais t’es un troll !!!
      D’accord, c’est pour ça que je comprenais rien à ce que tu déblatérais dans ta langue trollesque !
      Pis un troll versatile, en plus, un coup c’est blanc, un coup c’est noir…
      M’enfin, fais comme tu veux, hein !
      Reviens si tu veux, ça fait grimper mes stats, après tout !
      Mais te sens pas obligé, surtout !
      En tous cas, je ne te répondrais plus, je vais te jeter aux oubliettes comme tu me le demandes 😀

  10. Je ne sais pas dans quelle boite tu travaillais, mais je m’imagine avec mes collègues du Codir : On aurait été écroulés ! Je pense même qu’il nous aurait fallu un moment avant de pouvoir reprendre la réunion. Merci pour cet article, j’aime pleurer de rire !

    • La boite, je peux pas dire… Mon chéri y bosse encore… Pour combien de temps, on sait pas, ça licencie…
      M’enfin, mieux vaut rire de tout tant qu’on en a l’occasion !!!
      Et au fait, une certaine jeune fille au nom de vent m’a soufflé que tu devrais aimer mon article de ce dimanche… « Hotel California » qu’il s’appelle… 😉

  11. excellent ! J’adore ce genre d’écrits qui lorsqu’ils l’ont été ne devaient que décrire une situation somme toute banale si notre imagination ne s’en mêlait pas

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s