Odeur de sainteté

Pas plus tard qu’hier, je suis allée faire les commissions avec Crapouillette qui se remettait de sa gastro. Elle était même bien remise, la bougresse, cavalant allègrement sur le trottoir en ayant une tchatche d’enfer.

Nous nous rendîmes en premier lieu à l’épicerie pour acheter 2-3 trucs de première nécessité, genre chocolat à pâtisser (ben oui), fromage, huile et viande pour le midi. Entre deux sauts de cabri périlleux au rayon pinard accompagnés de « Allez allez, tu m’achètes une surprise ? Je te promets que je gouterai les entrées froides en échange pour toute la vie! » ou encore « Ben tu sais, Monsieur Casino, ben j’ai eu la gastro et même que j’ai vomi par terre et que maman elle a marché dedans pieds nus ! « , j’ai quand même réussi à payer mes emplettes.

Destination suivante : la pharmacie.

Bondée.

De gens malades.

Source: google.com via Deb on Pinterest

.

Yerk.

Bref, obligée d’y aller pour acheter les munitions de Monlolo (pas les pilules bleues, pas encore besoin, mais des médoc anti-acidité), je pris mon courage à deux mains et me mêlai aux quidams attroupés, toussotant, crachouillant, reniflant, j’en passe peut-être des invisibles et pas forcément des meilleures.

Source: thinkgeek.com via Elise on Pinterest

.

Arrivée au guichet, je tendis mon ordonnance, et tandis que la vendeuse de médicaments se rendait dans l’arrière-boutique chercher les précieux, je dus de nouveau affronter les vélléités de Crapouillette.

– Maman, tu m’achètes un savon ?

– Non, on en a plein à la maison.

– Maman, tu m’achètes des bonbons ?

– Non.

*renifle*

– Mais on n’en a pas déjà !

– Oui, mais non.

*renifle encore*

– Maman, tu m’achètes une sucette ?

– NON…

* ‘tain mais ça schmoute ici…*

– Maman, regarde, y’a des jolis dentifirices avec des petites souris dessus, je peux en avoir un, dis, hein, hein, dis, s’il-te-plait-maman-que-j’aime-et-que-j’adore ?

– NON !

*Rhâ mais c’est quoi qui pue comme ça ?!*

– Euh si, en fait, t’en as plus.

* Oh my God, mais ça pue des pieds ici !!!*

L’apothicaire revenant enfin, je lui tendis la carte vitale, lançant quelques regards biaiseux bien sentis au bonhomme au guichet d’à-côté, me disant que y’avait quand même de sacrés gros dégueulasses.

Puis ayant payé, nous repartîmes avec ma fillasse toute heureuse avec son dentifrice avec la petite souris dessus, intimement persuadée que ça allait la faire venir (la petite souris) (oui, à 6 ans et quelques, elle a encore toutes ses dents de lait et ça l’énerve)

(tiens, lis , tu vas te marrer, à ce propos !)

Enfin arrivées à la maison, je commençai à vider mon panier de commissions et à préparer le manger.

Et là, que sentis-je ???

Une odeur de pieds.

Et là, j’ai commencé à me liquéfier de honte par l’intérieur. C’était donc moi ??? Le gros dégueulasse du guichet d’à-côté n’y était donc pour rien ???

Cependant, je ne comprenais pas.

Je m’étais consciencieusement lavé les arpions le matin même, avais mis des chaussettes propres et des chaussures assez neuves et en bon état…

Non, vraiment, je ne voyais pas par quelle opération du Saint-Esprit j’avais pu me mettre à puer des pieds ainsi.

J’en étais arrivée à m’assoir pour enlever mes pantoufles et mes chaussettes afin de trouver l’origine du Mal, quand soudain, j’eus la révélation…

Là, sous mes yeux, sur la table, comme une apparition…

St Félicien

Saint-Félicien, priez pour nous !!!

30 réflexions au sujet de « Odeur de sainteté »

  1. LOOOOOOOOOOL tu me fais toujours autant rire ma Crapaude ! Je note tout de même que tu es faible, tu as craqué pour la brosse à dents petite souris, ça promet pour une petite virée shopping dans Paris !

  2. Arf, dur de commenter avec le téléphone.
    Je disais, avant de me faire jeter par le système (Matrix, bonjour), que :
    1. On doit avoir la même Choupette.
    2. J’adooore ce fromage !😉

  3. Mon moment de détente avant d’aller aux plumes, c’est chez toi que ça se passe! tu me donnes des crises de fou-rire indescriptibles!
    Tu n’as jamais pensé à monter sur les planches?
    Ton St Félicien est un bon choix mais pense à le ranger dans une boite hermétique…

    • Merci beaucoup, je suis flattée ^^
      Les planches, c’est vraiment pas mon truc. J’avais même donné un coup de pied au curé qui voulait me forcer à participer à la pièce de fin d’année du cathé. Certainement le début de la malédiction qui pèse sur moi, hin hin hin…
      Quant au St Félicien, il est en lieu sûr et confiné !
      Mais le pire, c’est que j’ai réalisé ce matin en narrant l’anecdote à mes collègues, que lkes gens ont tous dû croire que c’était MOI qui puait des peids, en fait !!!
      Allez, bisous !!!
      PS : aller aux plumes, j’ai mis un moment à piger que ça voulait dire ce que j’écris « aller au plum' » plum’ étant l’abréviation de plumard ! Merci pour cette jolie découverte poétique🙂

Tu veux laisser une petite bavouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s