La voix de son maître

Hier soir, comme quasiment tous les jours, je demande à Crapouillette, CE2, si elle a des devoirs. Ce à quoi elle me répond : « Apprendre les deux premiers couplets de la chanson qu’on apprend en ce moment. »

Comme à chaque fois que c’est le cas, je lui dis de se connecter à Youtube et de chercher sa chanson en version karaoké, tout en lui disant bien de faire gaffe, de pas cliquer n’importe où, car sur Youtube y’a des vidéos avec des gens à poils, et même qu’on leur voit les nichons et la quéquette. Ce à quoi elle répond invariablement « Beeerkkk !!! »

Mais bref.

Crapouillette fait donc sa recherche, puis, comme elle est timide niveau chant, elle m’appelle pour que je chante avec elle, afin que je couvre les vols de canetons s’échappant de sa bouche par les gros canards boiteux sortant de la mienne.

Nous voici donc -surtout moi- chantant à tue-tête (tu as remarqué qu’on a un printemps pourri cette année ?), quand soudain, elle me regarde, l’air un peu étonné, et me dit : « Mais c’est dingue, t’as EXACTEMENT la même voix ! »

La même voix que qui, je te le donne Emile ?

Que Joan Baez ?

Que Janis Joplin ? (dont j’avais la coiffure quand j’étais à la fac ?)

Que Joni Mitchell ?

Que nenni, penses-tu…

Moi, j’ai EXACTEMENT la même voix que… Calogero.

Notez que je n’ai rien contre Calogero, excepté, peut-être une…

#voixdemerde

PS : y’en a un qu’a pas une #voixdemerde, c’est Robert Downey Junior, qui, en plus d’être un gros canon, chante « River » de Joni Mitchell comme un dieu. Mate.

PPS : article non sponsorisé par Dim, ni Sloggi, ni Playtex, ni Undiz, ni Etam… #pipiculotte

Publicités

J’ai été tagguée comme un wagon SNCF #20 : par personne, mais en musique !

Voici un petit tag qui court sur la blogo, repéré chez Cicirena, dans lequel, en bonne dingue de musique, je me lance avec plaisir même s’il est plus ardu qu’il n’y parait au premier abord… (et surtout quand on a 19 229 chansons sur iTunes…)

Une chanson qui me booste à fond

En général, les arias enlevées d’opéra italien, genre Verdi, mais aussi n’importe quelle chanson rock’n’roll, et surtout celles de Little Richard. Ca me rend dingue !!! Allez, va pour « Ready Teddy » !

Une chanson que j’écoute quand je déprime

N’importe laquelle de MON Bruce, Springsteen, le Boss, qui m’accompagne depuis mon adolescence, et surtout « Point Blank » qui est belle à pleurer, et qui me fait un bien fou…

(la version ci-dessous n’est pas la définitive présente sur l’album « The River », mais les prémices)

Une chanson qui me rappelle un ex

Une de son groupe préféré à lui, qu’il m’a appris à apprécier alors qu’avant, ils ne faisaient rien qu’à ménerver : U2, avec leur titre « One » (oh la la, rien qu’à l’écouter ça me fait un drôle d’effet…)

Une chanson qui me sert de réveil

Y’en a pas mais ce serait « Blackbird » des Beatles (chantée par McCartney) pour le chant des oiseaux. Je rêve d’un simulateur d’aube…

Une chanson que j’aurais aimé créer

Toutes celles de Brassens, mais surtout « Jungleland » de Bruce Springsteen, la plus belle chanson du monde pour moi. Il y a tout, dedans…

.

(‘tain les frissons, là, grave !)

Une chanson écrite pour moi

Alors là… Faut que je réflèche… Moi je trouve pas, mais Monlolo dit que c’est « Gimme Shelter » des Rolling Stones, car c’est une mélange de douceur et de force… (rhô j’ai trouvé ça gentil, j’étais sûr qu’il allait dire « Les Casseuses » ou « Misogynie à part » de Brassens ! Sérieux, regarde la vidéo, Tonton Georges y pique de bons fous-rires en chantant !!!)

Une chanson dont la voix me colle des frissons

La voix, c’est un truc particulier, pour moi. Concernant les hommes, j’aime qu’elle soit grave. Tom Waits, par exemple, je fonds. Neil Young, par contre, j’ai beaucoup plus de mal. Concernant les femmes, il y en a très peu que j’aime : Janis Joplin, Aretha Franklin, Amy Winehouse, Joni Mitchell, mais surtout Joan Baez, dont la chanson « Sweet Sir Galahad » me colle des frissons à en choper des vergétures à chaque fois (tiens, rien que de l’écrire, j’en ai) (va à 0’40 » si tu veux zapper l’intro parlée)

Une chanson que j’écoute quand tout se ligue contre moi

« No surrender » de Springsteen ! (oui encore) Ben oui, quoi : « No retreat, baby, no surrender » (on ne recule pas, on ne se rend pas, on affronte)

Poke mon alter ego Alyzée / No surrender qui est juste revenue de traverser le désert en 4L pour le 4L Trophy 2013 !!! Bisous mon koala !!! (clic → ← pour suivre ses aventures !)

Pas de vidéo valable, alors je te laisse contempler le plus beau cul du rock durant l’écoute !

Une chanson que je déteste mais qui me reste en tête

Hin hin, y’en a des tonnes ! Mais celle qui a la palme, c’est « Tu t’en vas » d’Alain Barrière et Noëlle Cordier. Oh my God, à cause de ce tag, je l’ai pour au moins 3 jours en ver d’oreille !!!

Une chanson qui me rappelle mon enfance

Forcément, une d’Annie Cordy ! J’adore cette bonne femme ! Alors pour changer un peu de « La Bonne du Curé », je vais te mettre la merveilleusement à double sens « La bêbête » ! (hop, un ver d’oreille pour toi !)

Une chanson dont le message me touche

Sans hésiter, « Le Gorille » de Brassens. Une rythmique géniale, un humour féroce… le plus fantastique plaidoyer contre la peine de mort jamais écrit.

L’enfant d’Aphrodite à Babylone

Tu le connais pas, l’enfant d’Aphrodite ? Mais si, tu sais, le Grec au paillasson pectoral qui s’habillait en robe !

Lui, là !!!

Mais avant de brailler « Quand je t’aime j’ai l’impression d’être un roi un chevalier d’autrefois le seul homme sur la Terre », eh ben Demis (avec un « s » du pluriel car un Demis tout seul vaut bien deux Demi Moore, au poids) c’était ça (en bas à gauche) :

Ouais, hein, quand même…

Car donc, Demis, avant de faire de la variétoche, il faisait partie du groupe Aphrodite’s Child, avec notamment Vangelis.

Les Aphrodite’s Child, ils sont surtout connus pour ce titre :

;

Alors quand j’ai vu, au début de notre vie commune, que Monlolo avait des disques d’eux, je me suis dit en gros  » Mais ouate ze phoque ??? »

Un phoque en ouate, quoi ^^

Et surtout, me suis-je dit en mon for intérieur, Monlolo n’est pas rancunier, car vois-tu, il m’avait conté que quand il était petit, dans les early 70’s, un jour il avait croisé Demis Roussos dans un aéroport. Il s’était approché de la star pour lui demander un autographe, et le gros poilu l’avait tout bonnement envoyer paître (de la part d’un pâtre grec, tu vas me dire, rien de plus normal) en lui envoyant un gros coup de coude…

A méchant, méchant et Demis…

(pardon, je m’égare)

Pis je suis tombée sur cette pochette.

Ouate ze phoque encore une fois, un titre Ironmaidenien avec The Number of the Beast sur la couverture de la part de ces espèces de pâtres grecs, de juifs errants voire de métèques n’est-ce pas Georges Moustaki ?

Ca ne pouvait que titiller ma curiosité.

Et à l’écoute, je suis tombée sur cette pépite rock même si mâtinée de progressif…

.

On est bien loin de ça, hein !

.

Sur ce, bon dimanche, rock ou kitsch, à toi de voir !!!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Endives au poulet sauce moutarde (ou Endives Ouarhol)

Dans la famille de la Mare (oui, nous sommes des batraciens de noble extraction) nous avons un papa à l’ADN de doryphore (amis lyonnais, bien le bonjour) très difficile et essentiellement patativore, une Crapouillette qui mange comme un têtard neurasthénique, et une maman sans estomac.

Avec tout ça, composer un menu équilibré convenant à tous relève parfois du défi insurmontable. Alors quand tu trouves un aliment aimé et digéré par tous, eh ben tu t’y tiens, et t’essaies de l’accommoder à toutes les sauces. Sauf que y’a des aliments qui ne se laissent pas facilement apprivoiser cuisiner.

Genre : l’endive.

A part au jambon, en salade mais ils aiment pas, ou braisées avec un R mais ils aiment pas, ben voilà, quoi.

Alors quand j’ai trouvé cette recette-là chais plus où (donc si tu te reconnais, confrère/connesoeur consoeur de blog, n’hésite pas à te manifester), j’ai crié « Hosanna ni dieu ni maître, nous voilà un peu le cul sorti des ronces ».

Et du coup, c’est une valeur sure que je ressors régulièrement chaque hiver.

Alors pour régaler ta tribu avec ces endives au poulet sauce moutarde, il te faudra (pour 3-4 personnes) :

  • 1 kg d’endives (4 grosses ou 6 petites, à peu près)
  • 2 escalopes de poulet
  • des champignons de Paris frais ou en boite (une de 200g suffit)
  • 1 pot de crème de 20cl (allégée ou blindée en mg, c’est toi qui voit)
  • 1 cuillère à soupe de moutarde
  • Sel, poivre
  • Comté

Tout d’abord, tu prépares tes endives. Tu coupes le pied, tu les coupes en deux dans le sens de la longueur et tu te la joues méchante reine de Blanche-Neige en leur arrachant le coeur pour pas qu’elles soient amères.

Tu les laves (les endives, pas les coeurs), et tu les fais cuire dans une grande poêle en les ayant salées jusqu’à ce qu’elles soient molles et qu’elles aient fait les eaux.

Rendu leur eau, pardon, ce ne sont pas des endives enceintes.

Pendant ce temps, tu prépares tes champignons s’ils sont frais, ou alors tu ouvres la boite, tu les rinces et tu les égouttes (si c’est des champignons pas de Paris mais du Pays des Merveilles, c’est toi qui vois).

Suis le lien en cliquant sur la photo, tu vas tomber sur un site génial !!!

Tu découpes les escalopes de poulet en dés, et tu fais cuire la viande et les champipis à la poêle avec un bout de beurre. Si tes champis sont frais, tu laisses cuire jusqu’à ce qu’ils aient rendu leur eau eux aussi, et si c’est des en boîtes, tu les mets à la fin de la cuisson du poulet.

Vou saffez du à l'ail ?

Pendant que ça cuit, tu mélanges une cuillère à soupe de moutarde à la crème, avec sel et poivre et tu touilles touilles touilles.

Puis tu dresses le tout : endives, poulet et champignons, tu nappes de crème, et tu recouvres de Comté râpé (c’est aussi très bon avec du fromage à raclette, genre pour le finir quand il t’en reste 4 tranches après une soirée)

Tu fais cuire le bazar au four 10-15 mn à 200°c, et voilà !

endives

Bien doré...

Aboule le blé !

(en général, je sers les endives ouarhol avec des patates vapeur ou du blé)

Pis t’sais quoi ?

Aujourd’hui, on est le 1er lundi du mois, alors c’est MMM, à savoir le Monday Music Miam chez ma blogpote cordon-bleu Chris35 de Cuisine de tous les jours !

Alors en plus de mes endives au poulet sauce moutarde, je t’ai mitonné la bande-son qui va avec !

A savoir :

  • « Endive Ouarhol » -oups…- « Andy warhol » de David Bowie
  • « White Rabbit » des Jefferson Airplane parce que ça parle de champignons, et pas de Paris mais du Pays des Merveilles…
  • une cuillère à café de crème avec « Spoonful » de Cream
  • et « Mean Mister Mustard » des Beatles parce que c’est le Colonel Moutarde dans la cuisine (de tous les jours) !!!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Le 5ème Beatles

Il y a quelques jours de cela, c’était l’anniversaire à Monlolo.

Celui-ci étant un homme simple, au caractère non consumériste, sans réels besoins (je parle des besoins matériels ; les autres, je me fais une joie de les assouvir…), ça devient vite galère de lui faire un cadeau.

Au-delà des valeurs sures genre BD historiques, (auto)biographies de ses musiciens préférés et CD/DVD des mêmes individus, point de salut. Je me torture et triture les méninges pour lui trouver un cadeau un peu plus original, un peu moins attendu à chaque occasion.

Et cette année, j’ai eu la révélation.

Les Beatles.

Son groupe préféré qu’il place quasiment au-dessus de tout dans la vie.

Certes, je lui ai déjà offert plein de goodies Beatles, genre T-Shirt, sangle de guitare, boîtes diverses et variées, mug, Yellow Tea Sub…

Mug Beatles Let it be + Yellow Tea Sub

Mais là, je tenais un petit trésor.

Le 5ème Beatles.

Oui, il y en avait un 5ème, et je ne parle pas de Stuart Sutcliffe, encore moins de Pete Best.

Pete Best, George Harrison, John Lennon, Paul McCartney et Stuart Sutcliffe (à l’époque de l’Allemagne)

Oui, il y avait un 5ème Beatles à l’époque de « Rubber Soul », un 5ème individu qui restait et est resté dans l’ombre du groupe…

Un 5ème Beatles, encore plus beau que Stuart Sutcliffe…

.

(ouais, hein… quand même…)

Et ce 5ème Beatles, j’en ai trouvé une photo. Au delà d’être rare, elle est unique. Il n’y en a pas deux exemplaires sur la planète ni ailleurs. Je te jure. Alors, en exclusivité mondiale planétaire intersidérale, je vais te la montrer.

Attention, révélation.

Sérieux, hein !

Regarde.

En fait, cette image, plutôt célèbre, a été coupée lors de sa publication.

Il manque le 5ème Beatles tout à droite.

Maintenant, voici la VRAIE que j’ai dénichée pour Monlolo.

Tadam !!!

Le 5ème Beatles

Eh oui, le 5ème Beatles, c’était… MONLOLO !!!

Hi hi, sérieux, elle est pas géniale, mon idée ?

Je peux te dire que lui a apprécié ! Mais ce qui était encore mieux, c’est de voir sa tête quand il a fini par se reconnaître !

Et tout ceci a été possible grâce à une illustratrice de talent, fan des Beatles et de David Bowie, j’ai nommé Aurélia, alias Psyress, alias Pichenette !

On a élaboré le truc de concert, par mail, et à la date prévue, hop ! L’image est arrivée dans ma boite mail, moyennant finances (raisonnables, t’inquiètes).

Alors, pas mal, hein ?

Qui c’est qui va craquer, et se faire dessiner dans les bras de Sir Paul ou du beau David aux yeux vairon ? (on appelle Scarlett !!!)

Pour avoir une idée de l’étendue de son talent, de son savoir-faire, je t’invite à aller visiter son blog ici → http://psyress.illustrateur.org/

Tu peux même la suivre sur Hellocoton → ici ← et/ou sur Facebook →  ←

A bientôt chez elle !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chez nous, c’est brioche ET galette

Ça ne t’aura sans doute pas échappé, hier, c’était l’Epiphanie. En gros, le jour où les reines et les rois se font tirer.

(ben quoi ?)

Et chez nous, entre l’égout les goûts du père, les dents de la mère, ceux de la fille et du sain d’esprit (le chat) (quoique des fois…), et ben c’est galette à la frangipane ET brioche des rois.

Et je prépare cela moi-même, avec l’aide de mon apprentie cuistot : Crapouillette, qui est redoutable lorsqu’il s’agit de lécher les plats, les saladiers et les cuillères.

Question organisation, la brioche se prépare la veille, comme ça, t’as tout ton temps le lendemain pour la galette.

Alors, pour la brioche, j’ai utilisé la recette d’une mienne amie, pas hyper dégourdie question cuisine, d’autant plus qu’à l’époque où elle la faisait, cette brioche, elle était à peine majeure. Depuis, elle en a pris, de la brioche. Gnark gnark gnark !!!

Bref, si ça c’est pas de la brioche facile, je sais pas ce que c’est.

Alors, il te faudra :

  • 200g de farine
  • 100g de beurre mou
  • 3 cuil. à soupe de sucre
  • 3 cuil. à soupe de lait
  • 1 giclée d’eau de fleur d’oranger
  • 1 sachet de levure de boulanger genre Briochin
  • 2 oeuf
  • 1 pincée de sel

Délayer la levure dans le lait et la fleur d’oranger.

Mélanger la farine, le sel, le sucre. Ajouter le mélange lait + levure, puis les oeufs. Et enfin, le beurre mou coupé en petits morceaux.

Bien malaxer, pétrir (imagine des miches) (pas forcément de pain) jusqu’à l’obtention d’une boule bien homogène.

Laisser reposer 2 heures dans le saladier couvert d’un linge, dans une pièce « au chaud » pour que ça lève.

(miches, boules, ça lève… champ lexical de… la boulangerie, bien entendu)

Après ce laps de temps, reprendre la pâte et en faire un boudin allongé que l’on referme sur lui-même pour obtenir, je te le donne Emile, une couronne. Ou alors, t’as un moule exprès et c’est encore mieux. A ce stade-là, n’oublie pas d’y planquer la fève (fais juste gaffe de pas y mettre une fève en plastique ; après, c’est pas bon…)

Après cette mise en forme, laisser reposer encore, au minimum 2 heures, au mieux toute une nuit.

Avant d’enfourner, avec des ciseaux, tu fais des petites entailles en croix tout autour de la brioches pour que ça fasse des pointes, comme celles d’une couronne. Tu badigeonnes au jaune d’oeufs, et après, y’a plus qu’à cuire 15 à 20 mn th.8 = 240°c.

Tadam !!!

Brioche des rois 1

Brioche des rois 2

Y’a plus qu’à faire la galette, maintenant !

Pour celle-ci, il te faudra :

  • 2 pâtes feuilletées (du commerce, ou alors tu la fais toi si t’es balèze) (et si tu tombes en rade comme moi l’an dernier, tu peux faire la pâte feuilletée aux petits suisses qu’elle est vachement bluffante → recette de Marmiton ← )
  • 125g de poudre d’amandes
  • 100g de beurre mou
  • 100g de sucre
  • 2 oeufs + 1 pour la dorure

Mélanger le beurre mou, le sucre et la poudre d’amande. Ajouter le 1er oeuf, bien mélanger. Quand il est bien incorporé, ajouter le second.

Dérouler la 1ère pâte dans le moule à tarte, verser la frangipane dessus, étaler, planquer la fève dedans.

Recouvrir de la 2ème pâte feuilletée, sceller les bords.

Tracer des bandes parallèles sur la pâte, puis d’autres se croisant selon un angle inférieur ou égal à ∏/2 (oups, désolée, je me suis laissée déborder par mon esprit matheux) Bref, tu fais des jolies formes dessus pour décorer.

Casser le 3ème, le battre avec une cuillère à café de lait, et badigeonner la galette au pinceau. Attention, il ne faut pas en mettre sur les bords, sinon, ça lève pas comme il faut.

Mettre au frais 30mn.

Rebadigeonner un dernier coup, et cuire 10mn à 240°c, puis 20 mn à 180°c.

Et voilà !!!

Galette frangipane des rois 1

Galette frangipane des rois 2

Bon, désolée, j’ai pas eu le temps de les prendre en photo avant qu’on ne se jète dessus. En même temps, c’est un peu un gage de qualité !!!

Par ailleurs, tu sais que chez nous, tout se fait en musique. Alors, en ce jour des rois et reines, et surtout en ce Monday Music Miam chez Chris35 de Cuisine de tous les jours, qu’écoute-t-on chez la Crapaude’s Family, hein ?

Forcément, on aurait pu écouter le King, aka Elvis « the Pelvis » Presley, mais non (d’autant plus que je l’ai déjà convoqué pour un MMM → ici ←).

Alors, à défaut de King, on va convoquer Queen !!!

Paradoxalement, c’est un groupe que je n’aime pas trop. Déjà, Freddy, avec sa moustache et son paillassion pectoral, je peux pas. Les membres du groupe, avec leur cheveux permanentés, je peux pas non plus. Il reste toutefois quelques morceaux de bravoure, comme la « Bohemian Rapsody ». Mais que je n’aime QUE dans Wayne’s World !!!

(‘tain ça craint, on dirait moi dans ma caisse…)

Well…

Gode save the Queer, God save the Queen, and… chewing !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

La Mère Noël va (re)passer !!!

Ben oui, c’est le week-end, donc, je repasse avant que le Père Noël ne passe !

Source: jacbowie.com via Arsinoe on Pinterest

.

Et bien entendu, je fais ça avec du bon son, du rock’n’roll de Noël !!! Si si, je te jure que ça existe !

Allez, toi aussi viens danser derrière ta planche grâce à ma playlist rock avec aussi du bon gros nanard dedans !!!

Sur ce, je vous laisse, il faut que je repasse ma tenue pour Noël. Je vous mets une photo ci-dessous, parce que franchement, j’adore ces fringues…

Bisous à tous, et Joyeux Noël si je repasse pas ici (jeux de mots !!!) d’ici là !!!

Ah oui, ma tenue…

Mère Noel

Iron Lady

Tu n’auras pas manqué de le remarquer : aujourd’hui, c’est dimanche. Et dans la Mare, qui dit dimanche dit manche. De chemise, de pull… Car le dimanche, c’est repassage.

En général, je fais ça devant Scooby Doo. Mais la pile de linge étant inversement proportionnelle à la durée d’un épisode de Scooby, je finis généralement en écoutant de la musique qui colle la patate pour venir plus vite à bout de l’ouvrage. Cela dit, tu verras que c’est pas gagné, cette playlist étant assez dansante, et du coup tu te retrouves plus souvent à te déhancher qu’à repasser.

Allez, je te laisse pénétrer mon intimité (en tout bien tout honneur) avec une photo prise sur le vif par Monlolo.

.

Quoi ?

Oui, bon, ça va… J’admets que je ressemble moins à la pin up ci-dessus qu’à Muriel.

Quoi ???!!! Tu connais pas Muriel ???!!! Quand elle danse sur Abba ???!!!

Alors n’attends pas une seconde de plus pour découvrir un de mes film cultes, commence à écouter et regarder la playlist YouTube ci-dessous, c’est le 1er extrait (et Muriel, c’est la « blonde » !!!)

nb : ce blog ne pourra en aucun cas être tenu responsable pour d’éventuels accidents impliquant un fer à repasser.

PS : en bonus track, la chanson « Iron Lady » de Phil Ochs, une espèce de Bob Dylan qui sait chanter, mais qui n’a pas fait une longue carrière (le fait qu’il se soit suicidé dans les 70’s n’y est sans doute pas étranger…)


Rendez-vous sur Hellocoton !

La playlist de la repasseuse #1

Eh oui, on est dimanche matin, irrémédiablement, invariablement, je repasse en écoutant de la musique, mode aléatoire sur Ail Tioune.

Voilà ce qui est sorti ce matin :

« Money Maker » The Black Keys : les Black keys, c’est le dernier groupe (enfin, un groupe de 2) qui m’a scotchée, surtout avec leur album « Brothers ».

« Le bilan » Jacky et Ben J : une chanson de hip-hop mâtinée de raggamuffin, un genre que je n’apprécie pas habituellement, mais ce titre, je sais pas, il me touche. Peut-être une des chansons sur le fait de vieillir qui me parle le plus.

« Let’s spend the night together » David Bowie : une chanson des Rolling Stones (que j’écoute de moins en moins…) censurée en son temps sur la télé US (ils ont dû chanter « Let’s spend some time together », mais avec les mimiques salaces de Jagger, pas de place pour le doute !) interpétée par Bowie, que j’écoute de plus en plus.

« Socialiste » Renaud : hu hun, back to the 80’s ! On en connait tous, des comme ça ! « Un peu chiante et un peu triste, institutrice ! » (et des anarcho-mittérandiste aussi, non ?)

« Le gorille » Brassens : le meilleur plaidoyer contre la peine de mort.

« Jerk it out » the Caesars : punch !

« Nitro (Youth energy) » the Offspring : re-punch !!!

« My baby left me » Creedence Clearwater Revival : ah là là, John Fogerty, une des plus belles voix du rock…

« For you » Bruce Springsteen : MON Bruuuuuuce !!!!!

« Nineteen Hundred and Eighty Five » Paul McCartney ans Wings : valeur sure !

« Empire State of Mind » Jay Z and Alicia Keys : ben oui, encore du hip-hop… Des fois, je m’égare…

Allez, je te laisse écouter !

(bon, je sais pas pourquoi ça veut pas mettre tous les titres…)