Hospitalité hospitalière

Aujourd’hui, comme tous les mois, je suis à l’hosto pour ma transfusion de gammaglobulines.
Et aujourd’hui, comme souvent, j’ai une voisine de chambrée.
Mais aujourd’hui, c’est une tchatcheuse geignarde…
Que même mes écouteurs, que j’ai branchés ostentatoirement à mon ail foune, ne découragent pas…
Je sens que la journée va être longue…
TRÈS longue…

20120313-094846.jpg

[en direct live de l’hôpital] #2


Ma voisine aimable comme un furoncle infecté me lance des regards condescendants et haineux.

Faut dire que je viens de manquer de m’étouffer avec mon Donut NYPD-like, foutant des miettes de partout, à cause que j’étais pétée de rire car y’avait Coluche qui chantait « Misère » dans mon Schmilblick à la Pomme (mon iPhone, quoi…)

[En direct live de l’hôpital] #1


9h45, je suis allongée en train de compulser frénétiquement les blogs hellocotonneux, une aiguille plantée dans ma boite, un bout de tuyau pendouillant nonchalamment sur mon oppulente poitrine en attendant que mes gammaglobulines arrivent.

La porte s’ouvre, ma voisine de chambre arrive.

Moi: – Bonjour ! 🙂

Elle: – Bonjour… -_-

Traduction: je suis une porte de grange, je suis dans un bon jour, d’habitude je suis une porte de prison. Tu ne me parles pas, sinon je t’arrache ta perf’ avec les dents et je te la plante ailleurs à grands coups de pieds.

Oui Madame…

Pfff…

Encore une journée qui va être longue…

Bon au moins, elle va pas me saouler, et elle pue pas.

C’est déjà pas mal !!!

En direct live de l’hôpital #4 : the end :)

This is the end, beautiful friend !!!

Verdict: mon corps est une bonbonne de gaz. Planquez les allumettes, ça va péter !!!

Mes intestins rassemblent à eux seuls les différents états de la matière: solide, liquide, gazeux.

Et ça m’étonnerait guère qu’on y trouve des éléments pas encore répertoriés dans le tableau périodique de Mendeleiev (oui, avant d’être maitresse, j’étais chimiste) (pour de vrai) (façon Gaston Lagaffe, mais pour de vrai quand même)

Quant à ma chambre implantable, elle va bien.

Conclusion: mon corps étant plein de place vu qu’il me manque des bons morceaux de bidoche, mes boyaux ont pris leurs aises. Et comme ils sont pleins de choses diverses et variées, quand je me penche, ils compriment un truc qui comprime un truc qui comprime un truc. Et hop, ça gonfle.

Donc normalement une cure de Destop spécial tripes de Crapaude et ça devrait le faire !!!

En direct live de l’hôpital #3

Rhô @&tain, c’est Verdun dans ma chambrée !!!

Ma voisine a arraché son cathether, ça pisse le sang, y’en a partout !

En plus, elle s’est oubliée bien comme il faut, y’a des odeurs méphitiques ambiance « Vie dans les tranchées » !

Si jamais je vois un rat, je me casse !!!

C’était la pensée « Amis de la poésie bonjour ! » :0)

En direct live de l’hôpital, on est mercredi matin !

Référence à la célèbre formule d’ouverture de l’émission US Saturday Night Live, car ma vie est un show, même si elle n’est pas tout à fait fascinante…

 

Je suis donc à l’hosto, je vais tenter l’expérience de bloguer en direct live sur l’iPhone !!!

Allez, c’est parti !!!

11h04

Cathéter posé dans le bras pour éviter tout problème supplémentaire avec ma chambre implantable, dont au sujet de laquelle il reste des incertitudes…

 

 

Bobo…

Et c’est chiant pour jouer à la PSP.

La vie est vraiment trop dure, bouh hou hou !!!

Le feuilleton médical de l’été

Plus glamour qu’Urgences

Plus fou que Grey’s Anatomy

Plus trash que Nip/Tuck

Plus de suspense et d’humour que dans Dr House

Suivez en direct live La jugulaire enflée de la Crapaude aka Les mésaventures d’Arsinoe !!!

Après avoir consulté de nouveau Gregounet ce matin (il va finir par croire que je suis une hypocondriaque amoureuse…), nous en sommes arrivés à la conclusion que finalement, ce devait être mon implant bionique cyberpunk (c’est à dire ma chambre implantable que je nomme affectueusement ma boite) qui devait être thrombosée (=bouchée), et qui tout compte fait, ne doit pas être posée dans la veine sous-clavière mais dans ma jugulaire. Ceci expliquant donc cela.

Et qu’en prime, je devais avoir les intestins irrités pour m’être un peu lâchée sur la bouffe pendant les vacances (comprendre « J’ai mangé des légumes »).

Et qu’en prime je m’étais fait un lumbago.

Alors, au final, tout ceci est assez rassurant.

La semaine prochaine, je vais à l’hosto pour ma transfusion mensuelle de gammaglobulines via ma boite, on sera donc vite fixés ! En même temps, je devrais avoir droit à la visite de mon charmant gastro-entérologue, qui va peut-être m’introduire des trucs dans la bouche et dans le fion.

Elles m’ont l’air bizarre, ces sondes de gastro/coloscopie…

En attendant, je fais un petit régime pour soulager mes intestins et je me colle des patchs de Voltarène sur les reins. Et j’évite de me baisser et de lever les bras pour par faire gonfler THE veine.

Et ça va déjà mieux !!!

Allez, « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage », comme disait le rat au lion !

Moi et mon diaphragme

Bon, ça va, il est pas abimé.

Euh… je ne te cause pas du bout de plastique contraceptif, hein.

Ni de celui de mon appareil photo.

Mais de mon organe, l’espèce de bifteck en-dessous des poumons qui sert à les faire gonfler/dégonfler, à faire rire et qui te file le hoquet quand il se détraque un chouia.

Donc, il va bien. Et les autres organes qu’il me reste sont aussi entiers et à leur place.

C’est une bonne nouvelle, tu vas me dire.

Certes. N’empêche qu’on sait toujours pas ce que j’ai.

Laissons-nous donc aller à émettre certaines hypothèses…

Compte-tenu de mon identité secrète connue toutefois d’une partie de mon cercle de relations proches, et compte-tenu de l’été pourri limite glacial qu’on a eu en Portenawak Republic cette année, nous avons pensé à une angine de poitrine.

C’était logique, non ?

Mais nous nous sommes fourvoyés ! Il s’agit peut-être alors d’une rhino-féroce (espèce endémique de la Portenawak Republic) qui s’éradique avec un équipement particulier, très seyant ma foi.

Ou alors, peut-être ai-je contracté une sarkohideuse, à l’instar de Carla (tout comme elle, j’ai le bide gonflé).

(image détournée de celle de Large ici)

Et si le fait que ça me serre la gorge, c’était la maladie du cycliste, que j’ai peut-être contractée quand je suis allée voir une course de vélo (va voir )… Il suffit d’un simple examen médical pour s’en assurer, qui s’appelle une faustoscopie. Regarde, il l’a chopée, lui.

https://i0.wp.com/cdmgworld.free.fr/grimpeurs/coppi1.jpg

Le légendaire Fausto Coppi, à qui ça serre le kiki  !!!

Je vais aller de ce pas faire part de ces brillantes hypothèses à Gregounet.

Je te tiens au courant ! D’ici là, bonne journée !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nouvelles du front

Oui, du front comme à la guerre, compte tenu de la bataille engagée contre des nouveaux problèmes de santé. Comme si ceux que j’avais ne suffisait pas. Attention, je vais crier ma rage.

RHÂ GNA GNA !!!

Bon alors, voici mes symptômes, au cas où un médecin supra-intelligent et compétent (et beau, sexy, riche, cultivé, fan de Springsteen, sosie de Hugh Grant) viendrait passer quelques instants ici pour se détendre les zygomatiques après une longue période de garde à vous.

 

Genre…

Je me rends compte que je suis une grosse sexiste, j’ai pas pensé une seconde que le suce sus-dit médecin pourrait être une femme… Erreur réparée, Elisabeth Badinter, qui vient régulièrement lire mon blog (dans mes rêves) serait fière de moi.

Bref.

Les symptômes principaux

– Jugulaire turgescente à l’antéflexion (c’est à dire quand je me penche en avant), sensation d’étouffement, douleurs au niveau de la nuque, des mâchoires, des sinus, tête comme prise dans un étau, impression que je vais m’évanouir si je ne me relève pas (phénomène apparu brutalement le 13/08 alors que je me baissais pour ramasser les balayures, après avoir fait la poussière, d’où hypothèse d’allergie à la poussière émise par le médecin de garde au téléphone, et donc prise d’Aérius)

– Sensation similaire mais moindre quand je me penche en arrière

– Sensation augmentée si je fume (une cigarette)

– Dans le même temps apparition d’éructations

Les symptômes secondaires

– « Mal aux reins » côté gauche (possible coup de froid/courant d’air pendant la nuit, douleur calmée par patchs Voltarène)

– Gargouillis fréquents côté gauche

Bizarreries récentes

– Antibiotiques et Voltarène dolo semaine du 14/07 car aphone

– Nausées accompagnées d’éructations les nuits du 1er et 2 aout, empirant couchée, sensation d’être « pleine de gaz »

– Brulures oesophage, impression d’avoir mangé trop poivré

– Nausée en journée les 09 et 10 août (j’ai pensé à une gastro)

Les antécédents

– Splénectomie suite kyste hydatique de 4kg sept 2006

– Gastrectomie totale suite à volvulus gastrique sur hernie diaphragmatique avec pneumothorax côté gauche nov 2006

– Hypogammaglobulinémie détectée suite à une infection par CMV (cytomégalovirus) aout 2007 faisant suite à une mononucléose avril 2007

– Pose d’une chambre implantable en sous-clavière pour tansfusion mensuelle de gammaglobulines nov 2007

Les examens

– Samedi 20/08: mise sous anticoagulants (1 piqûre/jour samedi dimanche lundi) pour éviter thrombose (possibilité de CIP bouchée)

– Lundi 22/08: échodoppler des veines caves TS: RAS, tout marche bien (j’ai même le sang qui cicrule très vite), mais on ne voit pas bien sous la clavicule

– Lundi 22/08: ASP : tout normal

Bon.

Nous voilà bien avancés !!!

Ca dit quelque chose à quelqu’un ?

Non ?

Bon…

Au moins, j’aurais écrit tout ça quelque part, sait-on jamais! Je reviendrai te tenir au courant, cher lecteur ! D’ici là, plein de bisous baveux de Crapaude !