L’hallali a sonné

L’autre jour, j’étais en visite chez mes parents, où vit encore Titesoeur.

C’était une belle journée d’hiver, assez douce, le soleil dardait ses rayons sur la pelouse encore givrée du matin, où s’égaillaient les deux chiens de chasse de mon père, la cour ouest de la maison ayant été reconvertie en enclos pour Bali et Vito depuis le réaménagement de la cour est. Je te précise que non, mes parents ne sont pas châtelains, mais qu’avoir un papa maçon de coeur, c’est pas mal.

.

.

Maman Crapaude était en train de préparer le déjeuner, Titesoeur, secondée par Crapouillette Ière, finissait de faire le ménage dans sa chambre, profitant du soleil   et de la douceur matinale pour tout bien aérer, Papa Crapaud buvait l’apéro (le french way of life prolo dans toute sa splendeur) (mais j’aime ça).

Après avoir dévoré le repas forcément succulent de ma mère (qui magnifie toute denrée qu’elle touche), nous primes le café, délicieusement chauffées par les rayons du soleil cognant sur les vitres des portes-fenêtres de la salle à manger (“chauffées” au féminin, car Papa Crapaud était déjà à la sieste) (aaahhh, la vie de retraité…).

C’est alors que les chiens de mirent à aboyer.

Surement un miron qui passait par là.

Puis ils se mirent à grogner.

Le chat devait les narguer, bien en sécurité sur un des piliers du mur d’enceinte.

Source: flickr.com via chris on Pinterest

.

Puis ils se mirent à aboyer et grogner en même temps.

Crapouillette Ière, intriguée par ce tintamarre, alla coller son petit nez à la fenêtre, et nous dit :

“Ben dis donc, ils s’amusent bien, les chiens, ils ont trouvé plein de plumes !”

Quelque peu interloquées par ces propos, Titesoeur, ma mère et moi-même allèrent voir ce qu’il advenait réellement, les chiens s’en donnant manifestement à coeur-joie.

Et là, nous vîmes le carnage.

Des plumes, oui, Crapouillette Ière avait raison.

Mais pas 2-3 plumes, non non, mais des plumes de partout !

De belles plumes blanches éparpillées dans la cour, dans la pelouse, dans les arbustes…

Une quantité phénoménale de plumes !!!

On s’est de suite demandé quel oiseau les chiens avaient pu choper.

Une mouette ? Trop petit.

Un canard, une oie ? Pas de ferme à proximité.

Vu la quantité de plumes à la couleur virginale, on s’est dit qu’ils avaient dû choper un pauvre cygne blessé et égaré, qui s’était malencontreusement posé dans la cour.

Source: flickr.com via James on Pinterest

.

C’est donc avec une certaine boule au ventre que je suis descendue dans la cour des chiens (Maman Crapaude et Titesoeur n’aimant pas particulièrement les clébards…)

Et là, j’ai vu…

OMG the GGB

Ômaillegode !!!

Le carnage.

Les chiens s’étaient vraiment déchaînés. Il y en avait partout, répandu aux quatre coins de leur enclos. Dans la cour, dans la pelouse, dans la niche, accroché au grillage, aux branches des arbres…

C’est alors que j’ai été prise d’un fou-rire incontrôlable.

Ma mère et ma soeur sont alors venues à ma rencontre pour me soutenir dans cette épreuve, pensant que mes nerfs lâchaient sous le coup de l’émotion.

Maman Crapaude en est restée coite, tandis que Titesoeur a vu les larmes lui monter aux yeux, et s’est mise à pleurer de rage en invectivant ces salauds de clébards.

Ben oui, c’est normal, elle était super en colère.

Ils venaient de dévorer…

… sa couette en duvet d’oie !!!

prendre l'air...

____________________________________

PS: cet article a été publié en avant-première dans le webzine auquel j’ai l’honneur de collaborer, le déjà très célèbre So Busy Girls mag !!!

So Busy Girls

Coâ ??? Tu ne le connais pas encore ??? Mais qu’attends-tu, Lecteurtrice, cours-y vite en cliquant sur le beau logo ci-dessus !!! Tu peux même t’y abonner sur Hellocoton pour ne rien rater des merveilleux articles que les So Busy Girls t’ont concoctés !!!