Et l’effet du flare opère

Pas l’effet du flair au père, hein.

Encore moins l’effet du flair aux paires.

Par contre, l’effet du flare aux paires peut être palpable, comme nous allons le voir plus avant.

Mais je m’égare.

Donc l’autre jour, j’ai enfin mis mon flare. Tu sais, mon fameux flare Levi’s taille haute convoité tout l’hiver, et que j’ai pu me payer pour les soldes Asos.

Mais entre le raccourcissement du dit flare, l’approvisionnement de pulls courts adaptés, et les jours de pluie où je ne pouvais pas le mettre à cause qu’il trainasse par terre, je n’avais pas encore pu le porter.

C’est donc avec une certaine émotion et une émotion certaine que j’ai enfilé la chose.

Remarque, vaut mieux dans ce sens que le contraire... Bobo...

Euh non, pas celle-ci, celle-là :

Et là, instantanément, la magie opère, l’effet du flare se fait.

Tu redresses ta posture automatiquement, tu accentues la cambrure des reins, tu rentres ton ventre. Tes courbes sont sublimées. Tu es Bardot.

Oups, je m’ai trompée.

Tu commences à prendre des postures étranges, avec le bassin penché de côté.

Genre.

Tu sors de chez toi, tu montes dans ta voiture, et c’est plus une 206 mais la Ford Gran Torino de Starsky et Hutch. « Allo capitaine Daubé, ici Zebra 3, je vais être un peu en retard au bureau, ce matin, faut que j’aille voir Pampers Huggy les bons tuyaux ! »

Tu arrives enfin vers ton bureau, tu te gares, tu descends de ta caisse, et tu arpentes le trottoir, forcément en te dandinant comme Travolta. C’est lundi, mais tu as la Saturday Night Fever dans ton corps.

Quand tu arrives au bureau, t’as des Farah Fawcett et un brushing qui ont poussé tout seul, tu retrouves tes deux collègues de travail, tu cries un « Hellooo Chaaarliiie !!! »

Mais comme tous les matins, y’a juste Bosley qui t’attend…

Du coup, t’es tellement frustrée de pas pouvoir faire ta Wonder Woman, que t’as envie d’aller chez André te payer les même bottes que ma copine Pamela.

Pis de te payer les mêmes jambes, aussi…

Alors du coup, comme t’es encore plus frustrée, tu dirais que tu serais Super Jaimie !

Mais si, tu sais, Super Jaimie, la femme bionique !

Et que même tu dirais que tu te taperais bien Steve Austin.

Mais si, tu sais, l’homme bionique avec ses bras bioniques, ses jambes bioniques…, aussi connu sous le nom de l’Homme qui valait 3 Milliards !

Mais tu rentres à la maison, et là, il n’y a que Monlolo…

Qui t’accueilles en t’assénant un « Oh putain, avec ce jean, tu me fais penser à ma mère !!! »

Vengeance… VENGEANCE !!!

Tu laisses la magie du flare opérer, tu cambres les reins et tout, et là, l’effet du flare aux paires opère…

Parce que Monlolo, lui aussi, il vaut 3 milliards.

Je te jure.

Car Monlolo, il est comme Steve Austin.

Sauf que lui, il a pas de bras ni de jambes bioniques.

Monlolo, lui, eh ben il a une quéquette bio-nique !!!

Et moi, j’aime le bio !

_________________________

Je tenais tout particulièrement à remercier mes copines Brenda et Pamela du blog Mon cul c’est du Poulet, qui m’ont aimablement mon cul autorisée à publier leur photo copyrailletée et tout le bordel des gambettes de compèt’ de Pamelita da Killa.

Mon cul c’est du Poulet, c’est un de mes blogs préférés, un blog à 4 pattes complètement hilarant et irrévérencieux, comme je les aime et tout.

Je t’invite donc à aller leur rendre visite, car en plus, dès qu’elles atteignent les 200 abonnés sur Hellocoton, les poulettes organisent un concours de la mort qui tue, avec Martine et des Playmobils dedans.

Je te jure, elles font des trucs déments avec les Playmobils. Clique là (paf) pour aller voir que je te raconte pas que des conneries !!!

Le big fail du jour #2 : le flare

Hier, j’ai mis mon super flare.

Celui-là.

Il est beau, avec sa taille haute qui emboite bien le bide…

Pour me rassurer, je demande à Monlolo :

– Il me fait un bide de 6 mois, non ?

-Oh, ça va encore…

Source: list25.com via Arsinoe on Pinterest

.

Puis l’après-midi, on est allé au carnaval organisé par le Sou des Ecoles. Crapouillette Ière était magnifique déguisée en abeille…

Ce qu’une maman d’élève est venue me dire.

– Oh la la, mais qu’est ce qu’elle est belle vot’fille… Pis bien déguisée, hein… Oh pis vous aussi, hein, il est super vot’déguisement !

Euh, merci Madame, mais je ne suis pas déguisée, là, ce sont mes fringues normales…

Bernadette, si tu me lis… je ne te dis pas merci (en fait, si !), mais d’un autre côté, ça doit te rappeler une certaine vieille dame et un mariage, non ?

Bloudjine

J’en veux un vrai.

Un denim en toile de Nîmes.

Teint en bleu de Gênes, en blue jeans, en bloudjine©Mamémé, quoi.

Un indigo qui va se délaver tout doucement, qui va s’user pour de vrai aux endroits stratégiques.

Un jeans en toile bien raide, bien rêche, qui tient debout tout seul même quand il est propre.

Un jeans que tu dois te coucher sur ton lit pour le fermer, et qui va se détendre tout doucement au fur et à mesure que tu vas le porter, pour acquérir un tombé, un fini impeccable.

Un jeans que tu vas enfiler et avec lequel tu vas rester un bon moment dans une baignoire avec de l’eau froide pour qu’il rétrécisse sur toi et épouse parfaitement tes courbes.

J’en ai marre de ces jeans de maintenant, tous fins, tous mous, avec plein de cette saloperie d’élasthanne dedans !!!

Rendez-moi les Levi’s de mes 20 ans !!!

Il ne m’en reste qu’un seul de vrai: un vieux 501 de Monlolo, qui doit avoit 15 ans au bas mot, et que j’ai reconverti en boyfriend jeans (le vrai, quoi !).

Euh… c’est pas moi, hein ^^

Usé par des heures de labeur à l’usine, aux cuisses et aux fesses patinées par les caresses que j’ai prodiguées à mon chéri… une merveille…

Alors je lance un appel solennel :

Qui sait où trouver un vrai jeans ?

Chez quelle marque ?

Neuf et vintage acceptés !

Merci d’avance !!!

PS: Si « T’as l’même bloudjine que James Dean

T’arrêtes ta frime ! »