Caliméro a bien raison

Comme tu le sais peut-être ou pas, je suis maîtresse d’école.

Cela étant, comme j’ai eu pas mal de problèmes de santé ces cinq dernières années (voir ici ou , entre autres), je n’exerce plus vraiment mon métier. Actuellement et pour la deuxième année consécutive, je bénéficie d’un poste adapté pour raison de santé à l’Inspection de Circonscription, où je fais du travail administratif (qui me va bien et qui mine de rien est intéressant). Mais dans l’optique de reprendre une classe à terme (ce que je doute pouvoir faire…), j’interviens dans les classes de l’école la plus proche de l’IEN (Inspection de l’Education Nationale, friande de sigles et acronymes divers et variés…) où je prends des petits groupes d’élèves pendant la classe, notamment en renfort pour la lecture, la compréhension etc.

L’école où je travaille accueille un public « défavorisé », comme on dit. Je n’ai enseigné en tout et pour tout que 3 ans, et j’avais toujours travaillé dans des écoles rurales, et notamment en classe unique, là-haut, dans la montagne à 850 m d’altitude à 15 mn de chez moi, avec 18 élèves de 6 à 12 ans… J’adorais. Mais compte-tenu de mes maladies à la con, j’ai dû lâcher cette classe à contrecoeur, pour des raisons évidentes de charge de travail (énorme) et de responsabilité (j’étais vraiment toute seule, quoi !).

Cette année, je suis donc confrontée à des situations inconnues pour moi, comme les ENAF (Elèves Nouvellement Arrivés en France, et donc non francophones, en général), les demandeurs d’asile, une misère sociale, financière et intellectuelle prègnante.

Qu’on se comprenne bien, je ne dis pas cela de manière condescendante. Mais quand on habite dans un département rural où le taux de chômage « n’est que » de 6.5%, que l’école où l’on intervient est dans la troisième plus grande ville du département avec 12000 habitants (énorme !!!), et qu’à 3 km grand maximum on peut trouver des prés avec des vaches, des champs, des bois avec sangliers, chevreuils ou lynx, il est assez déroutant de constater que 20% des élèves de CP ne savent pas ce que signifie le mot « campagne », et que même avec des explications, ils n’arrivent pas à en appréhender le concept. Je me sens donc régulièrement assez désarmée face aux réactions de certains élèves, mais d’un autre côté, j’apprends énormément, ce qui est un des plaisirs de ce métier.

Je suis également épatée par le comportement de certains élèves, notamment des enfants non-francophones qui vivent dans des situations particulièrement précaires. Malgré cela, ils arrivent à l’école motivés comme j’avais jamais vu un élève l’être, attentifs, volontaires, habillés de bric et de broc, certes, mais toujours propres, soignés, coiffés, ce qui est loin d’être le cas de tous les enfants, malheureusement… Leur matériel est toujours rangé et nickel, ils en sont hyper respectueux, tout comme des adultes en général. Parmis eux, S*** et G*** me touchent énormément.

Mais l’autre jour, alors que S*** est toujours très attentive et volontaire pendant les cours, elle était complètement ailleurs durant l’exercice de compréhension du concept de « campagne ». Je me suis dit « Elle doit être freinée par sa compréhension de la langue, elle a dû décrocher, ce matin ». La séance finie, j’en parle à la maîtresse titulaire comme à chaque fois que j’interviens. Et là, elle m’apprend que c’est le dernier jour de S*** à l’école, que sa famille est expulsée.

J’ai senti les larmes de colère me monter aux yeux, ce qui n’a pas dû échapper à la maîtresse, qui m’a vite précisé qu’ils n’étaient pas expulsés de France, mais « seulement » du CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) où ils logeaient, vers un autre à 100 bornes d’ici.

Je trouve ça dégueulasse. La petite était très impliquée dans les apprentissages, faisait d’énormes progrès, ce qui veut dire qu’elle était suivie et tout à la « maison ». Ceci révèle une volonté d’intégration énorme, et non. On les jette. Mais putain, c’est si compliqué de prendre ce paramètre en compte ??? Ca me renverse proprement.

Caliméro a bien raison.

C’est vraiment trop injuste…

Calimero