Une nuit avec le diable…

Tu n’es pas sans savoir qu’hier, c’était Halloween, et qu’aujourd’hui, c’est la Toussaint.

Et si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu sais qu’aujourd’hui, ben c’est mon anniversaire !

Eh oui, la Crapaude aux pastèques née pour la TousSeins dehors, quoi de plus normal !

(j’avais d’ailleurs fait un article explicatif bien documenté l’an dernier que tu peux lire →  ← si tu as l’envie et du temps à perdre…)

Et oui, je suis venue au monde il y a 38 ans, par une nuit de pleine lune, entre minuit et trois heures du matin, lors de la nuit de Samain, cette période de transition dans le calendrier celtique, qui marque le passage de la saison claire à la saison sombre. Durant ces trois heures, la légende dit que le temps est suspendu, et que les portes entre le monde des vivants et celui de l’au-délà s’ouvrent…

On dit aussi que les enfants nés en ce jour ont des dons surnaturels, peuvent voir les morts, et peuvent même être des messagers des âmes, comprendre qu’ils ont le don d’apaiser les morts tourmentés qui viennent déranger les vivants.

Rien de tout cela chez moi, jusqu’à cette nuit… Car cette nuit, j’ai fait une rencontre tout à fait particulière. Cette nuit, j’ai été visitée par un démon. Mais pas n’importe lequel…

Il s’agit de l’esprit du 13ème enfant d’une femme appelée « Mother Leeds », né en 1735, qui par la suite s’est métamorphosé en une créature avec des ailes de chauve-souris, des pieds fourchus et une tête de cheval. Voyant ça, ses parents prirent peur et le jetèrent dans la rivière où l’enfant se noya. Désormais, il hante la lande de Pine Barrens, dans le sud du New Jersey… Voici la vidéo que j’ai réussi à capter avec mon Ail Foune avant que l’esprit regagne son plan et que les portes du monde de l’au-delà se referment…

MOUAH HA HA !!!

Je t’ai bien eu(e) hein !

Bon, cela dit, un nuit avec ce diable-là, j’aurais pas dit non, ça m’aurait fait un beau cadeau d’anniversaire !!! (et va pas t’imaginer des trucs, avec MON Bruce, ça ne peut être que platonique) (quoique…)

Concernant cette chanson, il y a quand même une petite histoire qui va avec !

Jusqu’en 2008, Bruce et sa femme décoraient leur propriété et organisaient tout un tralala pour Halloween. Les fans pouvaient venir dans une partie du domaine jouer à « Trick or treat », et des gens déguisés (parfois Bruce et Patti) leur offraient des bonbons. Mais le truc a pris une telle ampleur qu’il est devenu ingérable. Bruce l’a donc arrêté, mais pour se faire « pardonner », il a composé « A night with the Jersey Devil » et l’a offerte en téléchargement à ses fans.

C’est pas un mec bien, sans déconner ?

Sinon, j’aurais pu te faire un article parlant de la Toussaint et du calendrier républicain, selon lequel je serais née le 11 brumaire, pour la « saint » Salsifi.

Mais ça aurait été moins drôle.

Quoique…

Bon allez, je te quitte en te laissant contempler ma manucure du jour !

Hier, on avait :

Et aujourd’hui :

(en fait, on a main gauche-main droite, quoi !)

Starring :

  • Base Protein Coat Essie
  • Bridal Veil de A-England
  • Fear of Desire Essie
  • Stylo nail art noir Agnès b.
  • Stickers Peggy Sage
  • RapiDry OPI

PS : je me dois tout de même de rétablir la cruelle vérité… Je ne suis pas née entre minuit et 3h, mais à 6 heures et quart. Pas de don surnaturels pour moi, donc (excepté certains mais je les réserve à Monlolo…)

Anniversaire au cimetière

Bonjour, lecteurtrice !

Comme tu l’as sans doute remarqué, le froid s’installe tout doucement, les jours se sont raccourcis, la nuit tombe plus tôt surtout depuis le changement d’heure, on attaque le mois de novembre… L’hiver n’est pas loin, car comme le dit si bien le proverbe: « A la Toussaint, l’hiver est en chemin, manchons aux bras et gants aux mains« .

Y’en a plein, des dictons de saison à la con comme ça !

« Le mois de novembre est malsain, il fait tousser dès la Toussaint« .

Ou encore « A la Toussaint, tout vin est sain » (je l’aime bien, celui-là…)

Puis après, on aura droit à « Noël au balcon, Pâques aux rabannes » (signé Antoine de Caunes) (♥ Antoine ♥)

Mais mon préféré pour aujourd’hui, c’est celui-ci, que tu ne connais pas forcément, mais qui personnellement a rythmé mon enfance… (attassion, séquence nostalgie…)

 

 

« Joyeux anniversaire, en route pour le cimetière ! »©

(© copyright moi)

https://i2.wp.com/farm1.static.flickr.com/28/47360830_05d07fad05.jpg

Photo Vu Bui sur Flickr

 

 

Bah oui, comme tu l’as peut-être deviné si tu as le QI au moins égal à celui d’une huitre, aujourd’hui c’est mon anniversaire !!!

37 ans que je que j’honore la planète de mon auguste présence.

Ou 37 ans que je fais chier le monde, c’est selon.

Déjà, naître un jour férié, ça enquiquine le personnel hospitalier. Le barbier-accoucheur de garde (oui, je suis tellement vieille qu’à l’époque, le mot gynécologue-obstétricien n’existait même pas) doit planter sa famille pour revenir à la maternité plonger ses mains dans les entrailles gluantes et sanguinolentes d’une dame qu’il connait non bibliquement (normalement).

Et naître pour la Toussaint, ça saoule (ou plutôt finit de saouler) le papa, qui, voulant amener un bouquet de fleurs à sa femme/la mère de son enfant, peine déjà à trouver un fleuriste ouvert, et s’il y parvient, ne trouve que des chrysanthèmes.

Et du coup, recevoir des chrysanthèmes, ça gonfle profondément la jeune maman, qui n’aspire, pour le coup, qu’à dégonfler.

Par la suite, ça gave ta mémé qui ne peut pas pleurer ses morts tranquille, et qui est obligée de faire bonne figure quand elle t’offre ton cadeau.

Donc, d’aussi loin que je me souvienne, le jour de mon anniversaire se résume à cadeaux (youpi !!!), puis tronches de six pieds de long lors de la traditionnelle tournée des cimetières (oui, au pluriel, en plus, j’ai une famille nombreuse où beaucoup de monde a eu l’idée de mourir tôt…), puis repas de famille entre rires et larmes quand on évoque nos défunts.

On a beau dire, ça forge le caractère ! Chaque année, de 4 à 18 ans: « Bon anniversaire, ma grande ! Bon allez, grouille-toi d’ouvrir des cadeaux, faut qu’on aille au cimetière ! »

N’empêche que je pense que c’est ce qui m’a évité d’avoir ma période goth’ à l’adolescence, j’avais eu ma dose de macabre durant l’enfance !

Mais moi, j’aime bien quand même être née pour la Toussaint.

Je suis toujours tranquille à la maison.

Du coup, n’étant pas de nature très festive excepté en famille, j’ai toujours esquivé les gâteaux à l’école, les surprises à la con de mes camarades, les pots au boulot… Ca m’arrange, quoi !

Et puis, finalement, tu admettras qu’être née pour la Toussaint quand on est la Bombasse aux Pastèques, c’est quand même tout à fait normal !

 

https://i1.wp.com/www.lescretins.com/images/news/image-1808.jpgImage « www.lescretins.com »

 

Car comme le dit le proverbe :

« Toussaint dehors, tous seins dehors ! »©

 (© copyright moi encore)